Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Une fable moderne : « l’homme écoute, mais n’entend pas »

Autres informations / 05.08.2013

Une fable moderne : « l’homme écoute, mais n’entend pas »

Par Mayeul CAIRE, Directeur de JDG

Jean de La Fontaine était un homme courageux, mais pas téméraire. Il tenait à sa vie et mesurait ses paroles. Le proverbe « Prudence est mère de sureté » est d’ailleurs issu de l’une de ses fables. Il savait que l’insolence est rarement récompensée en notre bas-monde. Son protecteur, Nicolas Fouquet, a fini en prison pour avoir fait de l’ombre au Roi Soleil.

Il en est de même en tous lieux et à toutes époques : les puissants n’aiment pas qu’on leur prouve qu’ils ont tort. Relisez la fable L’homme et la couleuvre*. Un homme veut tuer une couleuvre ; il instruit le procès de la bête ; la couleuvre demande grâce à l’homme, qui prétend être à la fois son juge et son bourreau ; pour cela, elle en appelle à certains témoins, proches compagnons de l’homme : la vache, le bœuf, l’arbre...

Tous sont unanimes : l’homme est un mauvais maître. Ils osent même avancer que la couleuvre serait un meilleur maître. L’homme ne goûte pas du tout ces témoignages. Il conclut qu’il a été bien gentil d’écouter ces radoteurs, ces ingrats, ces idiots. Et applique la décision qu’il avait prise avant le procès : il tue la couleuvre. Ce flot de vérités déversé par la couleuvre et par ses témoins a donc été inutile. Mais alors pourquoi plaider, si le verdict est décidé et rédigé à l’avance ?

Le parallèle est tentant avec le cas d’école soulevé aujourd’hui par l’association des Jockeys dans JDG.

1) Stéphane Pasquier a été contrôlé positif à la cocaïne le 11 avril 2013.

2) Stéphane Pasquier a été blanchi par la commission médicale de France Galop, qui a conclu le 9 juillet qu’il pouvait s’agir d’une contamination et qu’il n’apparaît pas que le jockey est un consommateur de cocaïne.

3) La commission se basait sur des tests et contrôles ayant montré que Stéphane Pasquier n’avait jamais pris de cocaïne ni dans les six mois précédant le contrôle (test capillaire), ni au cours des neuf tests organisés entre le 26 mai et le 8 juin. Sur la base de ces informations, n’importe quelle personne sensée conclura qu’un "cocaïnomane" qui ne prend pas de cocaïne pendant plusieurs mois peut difficilement être appelé cocaïnomane...

4) Malgré tous ces éléments (dont je vous ai épargné le détail, car il faudrait plusieurs pages de JDG pour les énumérer en totalité), les commissaires de France Galop ont condamné Stéphane Pasquier à trois mois de mise à pied du 14 août au 14 novembre 2013 « au vu de sa grave infraction au Code des courses ».

...

5) De là à en conclure que, dans cette affaire, Stéphane Pasquier a tenu bien malgré lui le rôle de la couleuvre, argumentant pour prouver son innocence mais sans être entendu... c’est un pas que je vous laisse franchir. Je préfère faire comme Maître La Fontaine : en rester à la métaphore. Ce n’est pas que je craigne de finir écrasé au fond d’un sac, mais toute plaidoirie semble si vaine devant l’homme décrit par La Fontaine : il écoute, mais n’entend pas. C’est la morale de notre fable.