Quand un libéral demande la mort de la concurrence

Autres informations / 12.09.2013

Quand un libéral demande la mort de la concurrence

« Hier, dans l’édition de JDG, Hervé Morin a apporté sa contribution aux idées de chasse aux économies réclamées par le rapport du comité stratégique. Pour l’ancien ministre de la Défense et l’actuel vice-Président de Génération Galop, le vilain petit canard à "tirer" prioritairement serait Geny Infos et, surtout, son journal Geny Courses. Avant de revenir sur l’avenir de notre quotidien hippique, il nous semblait intéressant de préciser dans le détail l’ensemble des activités traitées sous la marque Geny. Outre son service Audiotel qui diffuse en temps réel les arrivées des courses, Geny Infos est présent sur le web avec geny.com, premier site d’informations hippiques français en ligne avec plus de 100.000 visiteurs uniques par jour. Geny Infos fournit au PMU un ensemble d’informations techniques et rédactionnelles qui sont ensuite mises à la disposition des parieurs français et des opérateurs de paris étrangers. Ces mêmes opérateurs qui, comme nous le savons tous, contribuent, au travers de la masse commune, aux enjeux sur les courses françaises.

Chaque année, pour près de 100 hippodromes de province, Geny Infos réalise 850 programmes de courses (partants, pronostics, performances), fort utiles pour les turfistes qui fréquentent l’enceinte des champs de course aux quatre coins de la France. En septembre 2010, Geny Infos a également lancé un site de paris hippiques en ligne sous la marque genybet.fr. Innovant, avec ses mises fractionnées à 10 centimes et son Top 5 (devenu Pick 5 au PMU), ce site est devenu le troisième du marché et approche l’équilibre en 2013. En 2014, le produit de la "taxe affectée" versée aux sociétés de courses par Genybet sera proche de 2,5 millions d’euros.

Mais de tout cela, monsieur Hervé Morin n’a cure. Ce qu’il veut c’est la mort du petit cheval, à savoir, notre quotidien Geny courses. Pour tenter de le faire changer d’avis, nous avancerons les arguments suivants :

1) Geny Courses est le seul quotidien national à voir progresser ses ventes depuis le début de l’année 2013 (+ 12,73 % en août). Une tendance loin d’être partagée par les autres titres hippiques. L’OJD, qui vient de publier les derniers résultats du marché de la presse nationale, révèle ainsi que, entre juillet 2012 et juin 2013, Paris-Turf décline de 10,79 %. Situation encore plus alarmante pour Paris Courses (- 14, 40 %), Tiercé Magazine (- 13,07 %), Week-End (- 11,02 %) ...

2) Hier, Hervé Morin soulignait que le marché de la presse hippique française était particulièrement encombré et que le lancement d’un nouveau titre était une erreur. Nous lui rappellerons simplement que 8 des 10 titres hippiques (dont Paris-Turf, Paris Courses, Tiercé Magazine, Week-End...) sont détenus par le même propriétaire. Ne s’agit-il pas là d’un encombrement de façade ?

3) L’arrêt de notre titre signifierait la disparition de la concurrence sur le marché de la presse spécialisée. Peut- on être favorable à un monopole de l’information hippique sur le papier ? À terme, quels seraient les impacts de cette hégémonie sur le prix de vente des titres hippiques et, plus largement, sur le rapport de force qu’elle établirait vis-à-vis de l’Institution des courses ?

4) Avant l’arrivée de Geny Courses, l’Institution des courses accordait une subvention de plusieurs millions d’euros à Paris-Turf pour publier les performances des partants de l’ensemble des réunions Premium. A-t-on une idée du montant qu’exigerait désormais un groupe de presse monopolistique pour mettre à la disposition de ses lecteurs ces mêmes informations ?

Il nous semblait urgent de répondre à monsieur Hervé Morin, c’est maintenant chose faite. »

Sylvain Genevée, directeur général de Geny