Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Soresca, un investissement toujours gagnant

Autres informations / 09.09.2013

Soresca, un investissement toujours gagnant

Lauréate d’une "E" dans un très bon style, il y a une semaine à Longchamp, Soresca (Elusive City) a répété, cette fois face à l'opposition bien plus relevée du Prix de la Masselière (B). Dernière, dans une course sans beaucoup de train, elle a une nouvelle fois mis son cœur sur la piste pour venir prendre une tête, sur le poteau, à la pensionnaire d’André Fabre, Bird Flow (Oasis Dream). De roturière, Soresca s’est ouvert les portes des courses black types grâce à ses succès en piste. Son entraîneur, Xavier Nakkachdji, nous a expliqué suite à ce succès : « Soresca avait bien gagné dans une "E", sur la même piste, le même parcours et le même terrain. Elle était restée en forme, alors elle a été supplémentée ici. Moonlight Cloud a gagné deux Grs1 en sept jours, alors pourquoi ne pas essayer nous aussi ! Soresca n’avait rien à perdre, mais tout à gagner à se présenter ici. Elle a montré une très belle pointe de vitesse dans cette épreuve qui n’a pas été très sélective. »

Soresca succède au palmarès de cette course à Silasol (Monsun), future héroïne du Total Prix Marcel Boussac (Gr1). Soresca n’a pas été engagée dans le Gr1 du dimanche 6 octobre – dont la supplémentation coûte 18.000 euros –, mais elle visera logiquement les courses black types : « Nous allons regarder du côté des Listed-races sur 1.600m ou des Grs3, par exemple le Prix des Réservoirs, poursuit Xavier Nakkachdji. Le but, maintenant, c’est de lui faire prendre du black type. »

UNE FILLE D’AUBONNE

Rachetée foal 13.000 euros en décembre 2011, Soresca a ensuite été achetée 15.000 euros par Mario Hofer en novembre 2012, lorsqu’elle était yearling. La mère de Soresca, Aubonne (Monsun), a enlevé la Coupe (Gr3) avant de faire carrière aux États-Unis. C’est une fille d’Anna Maria (Night Shift), une sœur d’Arkona (Aspros), gagnante de Gr2 en Allemagne.

UN ACHAT GAGNANT

Le 18 août, Soresca avait attiré les convoitises lors de sa victoire deauvillaise : cinq autres bulletins, dont un de son entraîneur du moment, Mario Hofer, avaient été glissés dans l’urne, et Laurent Benoît, agissant pour l’Écurie La Boétie, avait mis 35.666 euros, alors que la pouliche était au taux de 23.000 euros. La pouliche possède un petit physique, mais cela n’a pas freiné son futur entourage : « Avec les pouliches, je suis moins regardant sur le physique qu’avec les mâles, explique Xavier Nakkachdji. Nous l’avons réclamée en concertation avec son propriétaire et le gros avantage que possède aussi Soresca, c’est qu’elle est bien née. »