Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Des séminaires pour informer sur le propriétariat

Autres informations / 30.10.2013

Des séminaires pour informer sur le propriétariat

Les événements permettant de faire découvrir le monde des courses à des propriétaires potentiels, tels que celui organisé par l’agence Point Com Un le week-end dernier, ou le Newmarket Open Day dont nous nous sommes fait l’écho dans cette chronique, sont indispensables pour ouvrir notre sport à de nouveaux investisseurs. Un autre élément essentiel, si nous voulons que ces « prospects » franchissent le pas durablement, est de leur fournir une information détaillée sur tous les aspects du propriétariat.

De nombreux aspirants propriétaires sont animés par une inextinguible soif d’apprendre. Ils ou elles sont des entrepreneurs, des hommes et des femmes d’affaires qui ont réussi à force de travail mais aussi de curiosité, d’audace, de remise en question permanente. Ils veulent donc tout savoir : comment acheter leur premier cheval, selon quels critères, qu’est-ce qui fait le bon cheval, comment se passe l’entraînement, quels sont les ordres de grandeur financiers, les risques, etc. Un des propriétaires que nous avons interrogés dans le cadre de notre étude qualitative, nous disait : « Dans tout ce que je fais, je trouve que le plaisir vient en s’y intéressant beaucoup. Donc, la première fois que j’ai vu un catalogue de ventes, j’ai posé plein de questions. Et à partir de là, je me suis beaucoup investi sur la connaissance. Je me suis dit : « Je veux apprendre, je veux comprendre ». »

Malheureusement, beaucoup de nos interlocuteurs ont également souligné la difficulté à acquérir cette information, nécessaire à leurs yeux pour investir en connaissance de cause : « Au départ, on se dit : « Comme pour tout, il faut qu’on passe par une phase d’apprentissage, on va se payer un cours de propriétaire ». Mais ça n’existe pas ! ».

La conséquence, logique mais dommageable, est que ces propriétaires non avertis rencontrent des obstacles, des déceptions voire des mésaventures, qui auraient probablement pu être évités avec une meilleure connaissance initiale. L’un d’entre eux nous disait : « Le gros problème d’un propriétaire, quand il démarre, c’est qu’il est très mal conseillé. Il est obligé d’apprendre par lui-même. On ne lui explique pas les règles du jeu, qu’il va perdre de l’argent. Il faut qu’il sache combien il est prêt à perdre pour ce plaisir. Personne ne vous le dit véritablement, et il y a des personnes qui profitent de l’inexpérience des propriétaires. »

Dans de nombreux pays de courses, de véritables séminaires sont organisés sur le sujet du propriétariat. L’idée est de réunir des intervenants spécialisés dans tous les points-clefs de ce loisir pas comme les autres : des entraîneurs, bien sûr, mais aussi des comptables, des conseillers fiscaux, des courtiers, des représentants de l’autorité hippique, des gérants d’écurie de groupe, etc.

Aux USA, la Thoroughbred Owners & Breeders Association (TOBA) organise chaque année plusieurs « ownership seminars » sur les sites de Fasig-Tipton et de Keeneland. Pendant toute une matinée, les aspirants propriétaires peuvent assister à des présentations sur des sujets aussi variés que :

• Problématiques business : comptabilité, fiscalité et aspects juridiques

• Acheter votre premier cheval (avec un représentant d’une agence de ventes, un spécialiste des "réclamers" et un représentant d’une écurie de groupe)

• Les relations entraîneurs-propriétaires

• Sujets d’ordre vétérinaire à destination des nouveaux propriétaires

• La réforme des chevaux de course : une responsabilité pour chaque propriétaire

• Des handicaps aux courses de Groupe

À l’issue de cette matinée d’information, les participants sont conviés à un déjeuner puis à un après-midi aux courses. La TOBA organise également, quatre fois par an, des ateliers « pedigrees & Conformation » qui rencontrent un grand succès.

Un exemple de ces formations est visible gratuitement sur lesitedelaTOBA: http://www.toba.org/programs/webcasts/new-owner-seminarfeb08.aspx

En Australie, l’organisme de vente Inglis a aussi organisé cette année un séminaire pour les nouveaux propriétaires en ouverture du « Syndication Open Day ».

Le principe : quelques jours après la principale vente de yearlings, tous les poulains achetés par des écuries de groupe sont présentés aux investisseurs potentiels, dans l’enceinte des ventes. Chaque syndicat y va de son marquee et de son brunch tandis que les futurs porteurs de parts déambulent de l’un à l’autre comme dans un véritable « salon de l’écurie de groupe ».

Ce type d’événement n’aurait-il pas également sa place en France ?

Un texte proposé par Génération Galop