Indonésienne, dans les traces de silasol...

Autres informations / 11.10.2013

Indonésienne, dans les traces de silasol...

Un an après silasol (Monsun), Indonésienne (Muhtathir) a mis une nouvelle fois l'élevage Wertheimer à l'honneur dans le Prix Marcel Boussac Critérium des Pouliches (Gr1), au prix d'un rush spectaculaire en fin de parcours. Admirablement préparée et présentée par Christophe Ferland et son équipe, elle était magnifique au rond comme sur la piste, et son pedigree ne l'est pas moins !

UNE FILLE DE MUHTATHIR

Les étalons du haras du Mézeray ont connu un beau week-end à Longchamp : Pollyana, fille de Whipper, s'est imposée samedi dans le Prix Daniel Wildenstein (Gr2), et Indonésienne, fille de Muhtathir, a décroché le Prix Marcel Boussac (Gr1) dimanche, devant l'excellente Lesstalk in Paris (Cape Cross), laquelle n'a pas bénéficié du meilleur des parcours. Très belle pouliche, élégante et respirant la classe, Indonésienne a aussi le courage et la ténacité qui caractérisent la production de son géniteur, ainsi que sa stature physique et mentale. Père de très nombreux vainqueurs dans les deux spécialités, Muhtathir a produit Doctor Dino (Man O'War Stakes, Hong Kong Vase (deux fois), Mauralakana (Beverly D. Stakes) et satwa queen (Prix de l'Opéra) en plat, ainsi que Salder Rock (Prix Alain du Breil) en obstacle, pour ne citer que les labellisés Gr1. Il est assurément l'un de nos étalons les plus réguliers et les plus qualiteux !

Miler courageux, adepte de la course en tête et spécialiste des terrains légers, Muhtathir se plaça deuxième du Prix des Chênes (Gr3 - de Second Empire) à 2ans et deuxième de la Poule d'Essai des Poulains (Gr1 - de Victory Note) à 3ans, saison durant laquelle il s'adjugea le Celebration Mile (Gr2) en prélude à deux victoires au niveau Gr1, le Premio Vittorio di Capua à 4ans et le Prix Jacques Le Marois (devant Sendawar et Kingsalsa) à 5ans. Un performer aussi valeureux que durable, des qualités qu'il transmet volontiers. Rappelons qu'il est l'un des deux gagnants de Gr1 produits par son père Elmaamul avec Sweet Return (triple gagnant de Gr1 sur le turf américain), et que tous deux sont issus de petites-filles d'Affirmed, dernier vainqueur en date de la Triple couronne américaine, et dont le legs aura été beaucoup plus influent en Europe qu'aux USA.

Muhtathir, qui sera toujours actif au haras du Mézeray au printemps prochain, pourra également compter sur son fils Doctor Dino, étalon au haras du Mesnil et père de bons vainqueurs dont Virimoon avec ses premiers 2ans, et sur Réfutation, stationné au haras de Becquerel (62).

UNE PETITE-FILLE DE DARSHAAN

Indonésienne est le quarantième gagnant de Gr1 issu du père de mères d'exception qu'est Darshaan... Le croisement dont elle émane rappelle celui d'une autre lauréate du Prix Marcel Boussac, Sulk, une fille de Selkirk (Sharpen Up) dont la mère est par Darshaan et une fille de Thatch, ce dernier étant le propre frère de la mère de Nureyev, présent en bas de papier chez notre jeune championne. D'ailleurs, le croisement entre Muhtathir et une descendante du brillant Nureyev rappelle le pedigree de la classique Reams of Verse, gagnante du Fillies' Mile (Gr1) à 2ans et des Oaks Stakes (Gr1) à 3ans, qui n'est autre qu'une sœur utérine de Elmaamul par Nureyev !

Mr Prospector, père de la deuxième mère d'Indonésienne, est lui aussi un père de poulinières sortant de l'ordinaire, ses filles ayant engendré plus de trois cents gagnants de Stakes dont quarante-et-un vainqueurs de Gr1 à ce jour. Nureyev, père de la troisième mère de la jument, est fait du même tonneau (père de mère de vingt-sept gagnants de Gr1), tout comme Luthier (géniteur de la quatrième mère de Indonésienne), sept fois tête de liste des pères de mères en France. Si les pères de mères exercent une influence génétique prépondérante [voir notre encadré en page suivante], alors Mydarshaan a le pedigree parfait pour engendrer des champions !

L'AFFINITE SHARPEN UP X MISS MANON

Indonésienne appartient à la famille 1-l, ultra-classique depuis les origines de la race pure, via la branche établie par la jument d'élite Miss Manon (Bon Mot), quatrième du Prix de Diane (Gr1) d'Allez France. De Miss Manon descendent les gagnants de Gr1 Eishin Apollon (Giant's Causeway), Master of Hounds (Kingmambo), Lydian (Lyphard), mais aussi et surtout Sanglamore (Prix du Jockey Club, Prix d'Ispahan) et le placé classique Sharpman (deuxième de la Poule d'Essai des Poulains d'irish River et du Prix Lupin de Top Ville), deux fils de Sharpen Up qui justifient pleinement le choix de son descendant direct Muhtathir pour Mydarshaan !

La troisième mère d'Indonésienne, Most Precious, était une pouliche plutôt légère mais précoce et douée, qui n'hésita pas à affronter les mâles lors de sa campagne inaugurale, se plaçant deuxième de Common Grounds dans le Prix de la Salamandre (Gr1) et troisième de Fijar Tango dans le Grand Critérium (Gr1) avant de remporter sa Listed sur 1.600m à 3ans. Elle fut présentée trois fois à bering pour engendrer la classique Matiara, lauréate de la Poule d'Essai des Pouliches et du Ramona Handicap (Grs1), et le gagnant de Listed Precious Ring. De son union avec Diesis (Sharpen Up) naquit le semi-classique Marathon, gagnant du Prix du Muguet (Gr2) et troisième du Prix d'Ispahan (Gr1). Rappelons que Diesis est le grand-père de Muhtathir...

Most Precious eut également l'honneur de rencontrer le chef de race Mr Prospector à deux reprises, union à l'origine de Mypreciousprospect (deuxième mère d'Indonésienne) et du semi-classique Pyrus, un étalon dont le meilleur produit à ce jour est le gagnant du Frank E. Kilroe Mile Handicap (Gr1) Willyconquer, petit-fils de trempolino, lui-même fils de Sharpen Up...

Mypreciousprospect s'avéra très modeste en course, mais ses actifs de poulinière comprennent la placée de Listed Pony Girl, une fille de Darshaan comme Mydarshaan. Cette dernière, titulaire d'une modeste victoire sur 1.400m à 3ans au Touquet, compte cinq produits en âge de courir, tous vainqueurs, à commencer par Lumineux (Motivator), gagnant du Prix Ridgway (L) après avoir été jugé digne de disputer le Prix du Jockey Club (Gr1, sixième de Lope de Vega), Moonyr (Hernando), vainqueur pour ses débuts avant d'échouer dans le Prix Noailles (Gr2), Sydarra (Sinndar), double gagnante avant de servir de leader à Galikova dans deux Gr1, Kamran (Green Tune), troisième du Prix Roland de Chambure (L) à 2ans l'an passé, et enfin Indonésienne. Rappelons que Motivator (père de Lumineux) a pour deuxième mère une fille de Sharpen Up... Enfin, signalons que Mydarshaan a un poulain yearling par Montjeu nommé Jeudy, et une pouliche foal par Motivator répondant au nom prémonitoire de Motivée !

LE "HAT TRICK" DE CHRISTOPHE FERLAND...

Indonésienne a ajouté au palmarès de l'entraîneur Christophe Ferland un troisième succès en trois ans dans une course de Gr1 réservée aux 2ans en France, après les deux victoires de Dabirsim (Prix Morny, Prix Jean-Luc Lagardère) en 2011, ce qui fait de lui le plus capé des entraîneurs de juveniles français... On ne rappellera jamais assez qu'il faut des hommes de talent pour permettre aux chevaux d'exprimer tout leur potentiel génétique !

L'INFLUENCE DU PÈRE DE MÈRE ENFIN EXPLIQUÉE PAR LA GÉNÉTIQUE !

Darshaan est un père de mères exceptionnel, et le mot est faible. Deux cents gagnants de Stakes dont 40 vainqueurs de Gr1 (Indonésienne comprise) sont à mettre à l'actif de la production de ses filles ! Darshaan avait pour père de mère Abdos, un étalon qui laissa peu de traces dans le registre des pères de gagnants mais dont les filles engendrèrent dix gagnants de Gr1...

Une récente découverte de la génétique nous apporte un éclairage nouveau sur la question : la qualité du placenta serait majoritairement influencée par l'étalon, et une partie des gènes paternels qu'il contient se transmettrait à l'embryon par imprégnation. Ce n'est donc pas la poulinière qui, comme on le pensait, détermine la qualité de son placenta dans son propre corps !

Quatre-vingt treize gènes "placentaires" ont été identifiés chez le cheval, dont soixante-dix-huit propres à cette espèce. Certains d'entre eux influencent la régulation de la croissance et certaines fonctions métaboliques, d'où un effet direct sur le niveau de performance. Ces gènes ne s'expriment pas sur le foal à naître, mais entrent dans le capital génétique que ce foal, devenu poulinière, sera amené à transmettre à ses produits. De fait, on comprend mieux pourquoi certains traits peuvent sauter une génération, mais aussi pourquoi certains étalons présentent des taux d'avortement ou de naissances prématurées supérieurs à la moyenne parmi les juments qu'ils ont honorées... L'héritage du père de la mère est donc loin d'être neutre. Une bonne raison pour, dorénavant, le faire figurer en lettres capitales grasses dans les pedigrees de vente !

Pour plus d'information, se reporter à la dernière news mise en ligne sur notre site www.dna-pedigree.com.

UN HIVER AU HARAS

Notre correspondant dans le Sud-Ouest a rencontré Christophe Ferland qui lui a indiqué qu'Indonésienne passera l'hiver au haras avant de revenir à l'entraînement, avec notamment en vue le Prix de Diane (Gr1) 2014.