Karakontie, le fruit de la mondialisation

Autres informations / 07.10.2013

Karakontie, le fruit de la mondialisation

Le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) a donné

lieu à une lutte superbe entre le français Karakontie (Bernstein) et le champion espagnol Noozhoh Canarias (Caradak). La

victoire s’est jouée à peu de choses et ce n’est que dans les cinquante

derniers mètres que Karakontie a pris une courte encolure d’avantage, qu’il a

conservée jusqu’au bout.

La victoire de Karakontie, c’est celle de la

mondialisation des courses et de l’élevage. Alan Cooper, directeur de l’écurie

Niarchos, nous a ainsi raconté : « C'est fantastique. C'est une belle histoire

internationale ! C'est un descendant de Miesque.

Sa deuxième mère, Moon is Up,

est par un étalon américain et est née là-bas. Elle a ensuite couru sous

l'entraînement de John Hammond pour lequel elle a gagné une Listed. On l'a

ensuite envoyée au Japon où elle a été saillie par Sunday Silence. La mère de Karakontie, Sun is Up [qui a couru pour Pascal Bary, ndlr], est née ensuite,

puis elle a été envoyée aux États-Unis. Elle est finalement retournée au Japon

pour rencontrer Bago. » À défaut de victoire dans l'“Arc”, le Japon et son

élevage auront brillé dans ce Gr1, puisque Karakontie porte le suffixe JPN.

La course a été parfaite pour Karakontie,

puisqu’il a pu avoir un leader de classe avec Noozhoh Canarias. Il a déboîté au

bon moment et on avait vu, à Deauville, lorsqu’il a lutté pendant trois cents

mètres avec Bunker (Hurricane

Run), qu’il était capable de prolonger longtemps son effort. Cela a été le cas

ce dimanche car Noozhoh Canarias ne s’est pas laissé faire et il a fallu un

grand Karakontie pour s’imposer, lequel est même rentré déferré aux balances.

DU REPOS ET LA

"POULE" EN LIGNE DE MIRE

Invaincu sur le parcours des 1.400m de Longchamp

en deux courses, Karakontie avait enlevé le Prix La Rochette (Gr3), la

préparatoire, préalablement. Avec Ectot

(Hurricane Run), candidat au Critérium International (Gr1), il est

devenu l’autre véritable espoir classique de l’entraînement français pour la

saison 2014. Alan Cooper a ajouté, quant au futur de Karakontie : « Pour

l'année de 3ans, on peut bien entendu penser à la Poule d'Essai, surtout qu'il

fait particulièrement bien Longchamp. Aujourd’hui, il a eu une vraie course,

sur une piste lourde, et nous allons probablement attendre 2014 pour le revoir.

»

STEPHANE PASQUIER ET LES

"POKEMON" DE LA CHANCE

Stéphane Pasquier a vécu une année très

"spéciale" et depuis son retour, après sa longue mise à pied, il a

démontré tout son savoir-faire. Et comme un symbole, ses deux succès de Gr1 cet

automne ont été pour les Niarchos, qui ne l’ont jamais abandonné. Après Maxios?(Monsun), dans le Qatar Prix du Moulin de

Longchamp (Gr1), il a signé un nouveau succès au plus haut niveau avec

Karakontie. Un succès entouré d’une anecdote savoureuse pour Stéphane Pasquier

qui nous a raconté : « Ce matin, mon fils est venu m’apporter des Pokemons [en

expliquant cette histoire, il les a sortis de sa casaque, ndlr] et il m’a dit

que ceux qu’il m’avait donnés multipliaient la force par trois. Il m’a dit

aussi qu’avec ceux-là, je ne pouvais pas être battu. Je trouve cela merveilleux

que mon fils ait cogité toute la nuit pour m’en reparler le lendemain matin...

» Sur son partenaire, il a expliqué : « Nous avons eu la chance d'avoir l'as à

la corde. Sur ce parcours-là, c'est un avantage. Je savais que le cheval de

Christophe Soumillon était un cheval de vitesse et qu'il allait sortir vite.

J'ai pu ainsi me poster dans son dos. J'avais juste eu les ordres de ne pas me

faire enfermer et cela s'est très bien passé. C'est merveilleux. »

L’ESPAGNE PEUT ETRE

FIERE DE NOOZHOH CANARIAS

Plus revu depuis le Critérium du Béquet-Ventes

Osarus (L), qu’il avait enlevé avec brio, Noozhoh Canarias effectuait une

semi-rentrée dans ce Gr1. Mais une semi-rentrée avec du travail. Comme à son

habitude, il est parti plus vite que tout le monde, étant contraint de mener.

Il a tiré énormément, plus qu’à La Teste. Mais Noozhoh Canarias a tellement de

classe qu’il peut tirer et faire l’arrivée. Il ne s’est posé sur son mors qu’à

l’entrée de la ligne droite. Christophe Soumillon a temporisé avant de lancer

son partenaire. Lorsqu’il l’a fait, Noozhoh Canarias a parfaitement répondu,

opposant une belle résistance à Karakontie. Sa performance confirme que son

mentor, Enrique Leon, ne s’est pas trompé avec lui en privilégiant ce Gr1 au

Darley Prix Morny (Gr1). « Le poulain a vraiment fait une course géniale, nous

a dit Enrique Leon. Le terrain était un peu trop souple pour lui aujourd'hui.

De plus, il est encore un peu tendu dans son caractère, ce qui peut lui jouer

des tours. Il a encore besoin de se détendre. » L’Espagne peut être fière de

"Noozhoh", qui devrait encore soulever l’enthousiasme du turf

espagnol, s’il n’est pas vendu. Un turf espagnol qui a bien besoin de ce genre

de chevaux pour grandir. Noozhoh Canarias devrait être encore meilleur en 2014,

certainement sur des distances comprises entre 1.200 et 1.400m. Et pourquoi pas

prendre la relève d’Equiano. «

C'est sûr que le terrain n'était pas à son avantage, a dit Christophe

Soumillon. De plus, c'est un cheval qui se donne beaucoup dans un parcours.

Malgré tout, j'y ai cru. Ce qui a joué contre nous, c'est qu'au passage du

premier poteau il a fait une faute de terrain, ce qui nous a fait perdre une

encolure sur le cheval de Stéphane Pasquier. Pour revenir ensuite, c'était trop

dur. » La victoire aurait pu changer de camp sans la faute de terrain de

Noozhoh Canarias.

CHARM SPIRIT, POUR

L’AVENIR

charm spirit (Invincible

Spirit) a encore besoin de mûrir. C’est pourquoi sa troisième place est

encourageante. Son mentor, Freddy Head, nous a confié : « Sa fin de course est

très plaisante. Il n’y a malheureusement pas eu assez de train, ce qui ne l’a

pas avantagé. Mais le cheval a un bel avenir. »

UN DESCENDANT DE MIESQUE

Karakontie possède la particularité d’avoir le

suffixe JPN, comme Japon. Sa mère, Sun is

Up (Sunday Silence), possède le même. Elle a couru en France sans

montrer de qualité en quatre sorties, mais a déjà produit Bottega (Mineshaft), gagnant de Listed

à 2ans en France. La deuxième mère de Karakontie, Moon is Up (Woodman), est gagnante du Prix de Lieurey (Listed à

l’époque) et placée de Gr3. Surtout, c’est une fille de la grande championne Miesque. Moon Is Up avait été vendue

en novembre 2006 à Tattersalls, pour 450.000 Guinées. Deux produits de Sun Is

Up ont été présentés ces dernières années à Keeneland, une pouliche par War

Chant, et une autre par Aldebaran.

Dawning, la fille de War Chant,

a gagné une course à conditions l’an dernier sur la P.S.F. de Chantilly.

 

QATAR PRIX JEAN-LUC

LAGARDERE GRAND CRITERIUM

Gr1

- Plat - 2e poteau - 350.000€?-

1.400m - Pour poulains entiers et pouliches de 2 ans. Poids: 57 k.

1er KARAKONTIE (M2)

S. Pasquier (57)

Bernstein & Sun is Up

Pr. : F. Niarchos

Ent. : J. E. Pease - El. : Flaxman Holdings Ltd

2e NOOZHOH CANARIAS (M2)

C. Soumillon (57)

Caradak & Noozhah

Pr. : J. C. Bolanos Marrero - Ent. : E. L. Penate

El. : Grupo Bolanos Gran Canaria

TNC.

3/4 L.

3e CHARM SPIRIT (M2)

O. Peslier (57)

Invincible Spirit & L'Enjoleuse

Pr. : Cheikh A. B.K. Al Thani

Ent. : F. Head - El. : Ecurie des Monceaux

1 1/4 L.

Arqana, octobre 2012, Deauville, Yearling, 140.000

€, Monceaux à Frédéric Head

 

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 22’’97

1.000m à 600m : 22’’70

600m à 400m : 12’’09

400m à 200m : 11’’57

200m à l’arrivée : 13’’64

Temps total : 1’22’’97