Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Question ? réponse ! une question de chryss o'reilly, presidente de generation galop

Autres informations / 30.10.2013

Question ? réponse ! une question de chryss o'reilly, presidente de generation galop

« Pourquoi le Quinté de dimanche dernier à Longchamp s'est-il couru sur le handicap et non sur le Prix Royal-Oak ? Les deux courses réunissaient le même nombre de partants et le Prix Royal-Oak, pour chevaux d'âge a priori bien connus des parieurs, semble un support d'événement approprié. En outre, depuis plusieurs semaines, France Galop avait procédé à des expérimentations (Quinté sur le Prix du Point du Jour à Craon, etc.), qui avaient apparemment été positives. Nous aimerions connaître les critères de ce type de décisions, et savoir comment s'articulent les discussions entre France Galop et le PMU. »

LA REPONSE DE FRANÇOIS BOULARD, FRANCE GALOP

« Le choix du Quinté de dimanche était effectivement difficile. En effet, nous devons suivre les recommandations du PMU qui déconseille de choisir des épreuves avec des partants trop nombreux venant de l'étranger, car peu connus des parieurs de base. Nous étions dans le cas d'un Prix Royal-Oak avec 7 partants en provenance de l'étranger, dont plusieurs n'avaient pas de performances très lisibles. Par ailleurs, compte tenu de l'évolution météo, il y avait la possibilité d'un non partant de dernière minute dans cette course. Ce sont les raisons qui nous ont poussés à opter pour le traditionnel handicap, mais effectivement, il aurait été possible de choisir le Prix Royal-Oak.

D'ailleurs, pour aller dans ce sens, nous avons annoncé aujourd'hui que le Quinté du 1er novembre à Saint-Cloud sera le Prix Perth (18 partants probables dont 4 étrangers), sauf si bien sûr, nous enregistrions une cascade d'annulations de partants et un nombre définitif inférieur à 14.

La politique menée est donc bien de privilégier les courses de meilleure qualité possible et en particulier les Listeds et les Groupes pour le choix des événements, mais nous devons tout de même prendre en compte à minima les recommandations de l'opérateur principal. Rien n'est simple, ni parfaitement binaire. »