Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Go vorda

Autres informations / 01.11.2013

Go vorda

Flotilla (Mizzen Mast) avait montré la voie l’an dernier, en devenant la première pouliche européenne à remporter le Breeders’ Cup Juvenile Fillies Turf (Gr1), pour la première édition de ce championnat où les 2ans couraient sans Lasix. Vorda?(Orpen), la championne de Philippe Sogorb qui défend les mêmes couleurs, celles de Son Altesse le Cheikh Mohammed bin Khalifa Al Thani, présente toutes les garanties pour faire aussi bien que son aînée. Vorda est une pouliche comme il en existe peu. Battue par le phénomène No Nay Never (Scat Daddy) dans le Darley Prix Morny (Gr1) alors qu’elle n’était pas au mieux, elle a fait éclater son talent aux yeux de l’Europe en survolant les Cheveley Park Stakes (Gr1). Le point fort de cette pouliche est son mental. Vorda n’a pas été éprouvée par le long voyage qu’elle a effectué, et elle s’est vite habituée à son nouvel environnement. La pouliche transmet sa sérénité à son entraîneur, qui n’est pas inquiet par la distance des 1.600m qu’elle abordera pour la première fois, ni sur le parcours avec deux tournants qu’elle découvrira également. Si la France a une chance de remporter une épreuve du Breeders’ Cup, c’est bien avec Vorda !

QUI POUR LA BATTRE ?

L’opposition principale pour la pouliche française viendra de l’Europe, avec Al Thakhira (Dubawi), une représentante de Marco Botti invaincue en deux sorties. La 2ans a vraiment impressionné lors de son succès dans les Rockfel Stakes (Gr2), le 12 octobre. C’était il y a trois semaines donc, et le point d’interrogation sera la récupération de la pouliche, ainsi que le terrain, puisqu’elle n’a couru pour le moment que sur des pistes assouplies. Autre européenne, Chriselliam (Iffraaj) a causé une surprise en remportant le Fillies Mile (Gr1). Elle avait déçu à Deauville dans le Prix du Calvados (Gr3) mais Charlie Hills l’a toujours portée en haute estime, et en fait sa pouliche de "Guinées" pour 2014.

DU COTE DES AMERICAINES...

testa rossi (Dr Fong) a remporté la préparatoire locale, les Miss Grillo Stakes (Gr3). Cette pouliche française avait été achetée par Hubert Guy après sa victoire dans une course B à Maisons-Laffitte, alors qu’elle défendait l’entraînement de Marc Pimbonnet et les couleurs de Gérard Lancry. My Conquestadory (Artie Schiller) a battu les mâles pour ses débuts dans les Summer Stakes (Gr2) avant de faire grosse impression dans les Alcibiades Stakes (Gr1), la course qu’avait gagnée Stephanie’s Kitten avant de s’imposer dans le Breeders’ Cup Juvenile Fillies Turf (Gr1).

Comme l’an dernier, Jour de Galop vous informera, via notre système d’alertes emails, des résultats des français et des principales courses des deux soirées du Breeders’ Cup quelques minutes après le poteau passé. Nous reviendrons également dans notre édition suivante sur les principaux temps forts de la soirée avec des compte-rendus détaillés.

L’ŒIL DE LEO

Installé en Californie, Leo Powell nous a donné son éclairage sur les courses du Breeders’ Cup. Aujourd’hui et demain, vous pourrez découvrir, course par course, son analyse.

L’IMPORTANCE DES PLACES A LA CORDE

« En général, sur les parcours avec deux courbes, c’est-à-dire sur 1.600m ou plus, mieux vaut être le plus à l’intérieur possible. Les tournants sont serrés et c’est donc un avantage. En revanche, sur les sprints, ce que nous appelons ici "les courses un tournant", il est préférable d’être en dehors. Si un cheval placé à l’intérieur ne prend pas un très bon départ, il se retrouve enveloppé par tout le monde. Et sur le dirt, on se prend alors plus de projections. »

L’EXPERIENCE A SANTA ANITA

« Il n’est pas nécessaire d’avoir couru à Santa Anita pour y briller. En fait, pour les chevaux européens, c’est mieux d’avoir couru sur des parcours avec courbes avant d’arriver ici. N’avoir couru qu’en ligne droite peut être un handicap. »

L’ŒIL DE LEO

« J’ai pu voir Vorda. Elle est très belle et a bien voyagé d’après ce que j’ai entendu. Elle possède un bon tempérament et semble maniable. Découvrir un parcours avec tournant ne devrait donc pas trop la gêner et j’imagine que son entraîneur l’a préparée en conséquence. Dans cette course, Al Thakhira doit avoir une bonne chance. Elle a été impressionnante dernièrement dans les Rockfel Stakes. L’ex-française Testa Rossi a gagné à New York grâce à un superbe changement de vitesse. Son jockey était parti un peu tôt. Là, il va mieux la connaître et sera sans doute plus patient. Son numéro 12 dans les stalles ne doit pas la gêner, car elle attend. Il faut aussi suivre la canadienne My Conquestadory. Elle a débuté et gagné dans un Gr2 face aux mâles. En dernier lieu, elle a réussi à s’imposer alors que cela s’était mal passé ; elle a longtemps été enfermée. Son problème ici est son numéro 14 dans les stalles. »