L’avenir appartient à le mercurey

Autres informations / 30.11.2013

L’avenir appartient à le mercurey

Le Mercurey?(Nickname) est un poulain d’avenir. Il l’a prouvé en remportant sa deuxième course, à l’occasion du Prix Chalet, une épreuve à conditions de très bon niveau. Il a relayé Bébé Star (Poliglote) dans la diagonale, étant bien attentif et détendu devant. Calé à l’extérieur, en face, il a parfaitement sauté, avant d’aller se caler contre la grille des tribunes, à l’entrée de la ligne droite. Sérieux et courageux dans la phase finale, il a repoussé l’attaque de Bébé Star et celle de Nando (Hernando) pour finir. Le Mercurey avait débuté victorieusement dans le Prix Emilius, une bonne compétition pour inédits en obstacle. Par la suite, il est tombé au bout de la ligne d’en face, dans le Prix Robert de Lipowski, alors qu’il allait très bien. Il n’aurait pas été loin du compte et il aurait donc reçu la?JDG Jumping star?qu’il méritait. Finalement, cela n’a été que partie remise et Le Mercurey s’est imposé ce vendredi, dans le style d’un poulain d’avenir. De plus, il a devancé Bébé Star et Nando, respectivement premier et troisième du Prix Congress (Gr2). Enfin, il est particulièrement bien né. Il mérite donc l’étoile que nous lui attribuons. « La dernière fois, il a joué de malchance à la dernière haie de la ligne d’en face, nous a confié son mentor, Augustin Adeline de Boisbrunet. Aujourd’hui, il affrontait le meilleur 3ans en steeple, Bébé Star, mais aussi Nando, troisième du Prix Congress, et Turiamix, qui avait moins d’expérience. Quand il est tombé la dernière fois, il était loin d’être hors course. Le terrain était très pénible et il a fait un grand écart à la réception. Après, la suite logique était ce Prix Chalet. C’est un poulain très sérieux. Il va hiverner à la maison et nous allons lui concocter un petit programme pour le printemps. Il n’y a aucune raison qu’il ne fasse pas le steeple à l’avenir. C’est un tout bon cheval, le meilleur 3ans que j’aie entraîné. »

Bébé Star s’est bien défendu, mais il a moins de vitesse que Le Mercurey. On le reverra l’année prochaine dans son sport : le steeple.

UNE EXCELLENTE FAMILLE DE SAUTEURS

Élevé par la famille Carion, Le Mercurey appartient à une grande famille de sauteurs. Toute sa famille a, comme lui, défendu les couleurs gros bleu et gris. Sa mère, Feroe (Bulington), a gagné le Prix Sytaj (Listed à l’époque), s’est classée troisième du Prix Congress (Gr2) et cinquième du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1). Le Mercurey est le deuxième gagnant de Feroe, après Ternant (Miesque’s Son), vainqueur d’un "réclamer" sur les haies d’Avignon. Deuxième mère de Le Mercurey, L’Aumance (Mont Basile) a enlevé deux courses sur les "balais". Au haras, elle a donné, en plus de Feroe, un certain Le Chablis (Sassanian), vainqueur des Prix Maurice Gillois (Gr1), Orcada et La Périchole (Grs3). Quant à la troisième mère de Le Mercurey, La Sabotière (Beaugency), elle avait enlevé le Grand Steeple-Chase d’Enghien (Gr2) et était une excellente jument de course, entraînée par Jehan Bertran de Balanda.

Père de Le Mercurey, Nickname s’est aussi distingué, cet automne, avec Red Name, lauréat du Prix Finot (L).