L’italie va devoir se battre pour conserver ses groupes

Autres informations / 22.12.2013

L’italie va devoir se battre pour conserver ses groupes

 

L’Italie se prépare a` mener une très dure bataille pour sauver ses courses de Groupe lors de la réunion du European Pattern Committee, prévue le 16 janvier.  Le niveau des courses de Groupe en Italie tout au long de la saison 2013, suite a` l’absence des chevaux étrangers, a affecté  les  ratings et  plusieurs épreuves  sont  en  danger, dans l’immédiat et surtout dans le futur.

Franco  Castelfranchi,  membre  du  European  Pattern  Committee depuis 2008, a écrit un article fort intéressant dans le  journal  italien  Trotto  &  Turf :  «  Le  risque  pour  l’Italie, même

 si  les  paiements  des  allocations  garanties  par  le  Ministère sont effectués, est de se retrouver en 2015 avec une  seule  course  de  Gr1,  le  Premio  Lydia  Tesio.  Les  six  autres  Grs1  sont  en  danger  et  le  Gran  Criterium  est  a`  un pas  de  la  rétrogradation.  Deux  des  cinq  Grs2  sont  aussi  menacées. »

 

L’Italie a reçu une warning letter, c’est-à-dire un carton jaune, pour le Gran Criterium et  d’après  les  règles  du  European  Pattern Committee, la rétrogradation pourrait être  automatique si le rating (c’est-a`-dire la moyenne des ratings des quatre premiers) de la course n’arrive pas a` 110. La victoire de priore philip dans l’édition 2013 du Gr1 pour 2ans, devant  trois  poulains  italiens,  avec  un  seul étranger (le suisse filou) au départ, a induit un rating autour de 105. La rétrogradation du Gran Criterium n’est pas une nouvelle si terrible  et  peut  même  devenir  un  avantage, parce  que  le  gagnant  ne  sera  pas  contraint pendant douze mois a` la pénalisation de 7 livres pour avoir gagné un Gr1.

Le  Premio  Lydia  Tesio,  remporté  par  l’invaincue  charity line, est la seule épreuve de Gr1 qui ait respecté les règles du European Pattern Committee. Les autres sont a` la limite et  il  faudra  qu’en  2014  ils  atteignent  le  fameux  rating  de 115.  Seule  façon  pour  y  arriver  :  avoir  au  départ  de  bons chevaux  en  provenance  de  l’étranger.  C’est  le  cas  du  Prix Vittorio Di Capua, remporté cette année par shamalgan, mais dont le rating n’est que de 109. L’épreuve pour les milers avait bénéficié de très bons lots en 2010 et 2011, mais, en 2015, il pourrait souffrir si la barre n’est pas redressée l’an  prochain.  Le  Premio  Presidente  della  Repubblica  est aussi menacé.

 

Augmenter les allocations des groupes et les promouvoir a` l’étranger

LeDerby, déja` rétrogradé au rang de Gr2, devrait se maintenir (le rating minimum demandé est de 110) mais les deux dernières éditions n’ont pas été très bonnes et les Oaks sont aussi un peu justes.  Franco Castelfranchi a donné des pistes d’intervention dans son article : « Avant toute chose, il faut régler le probleème des  paiements,  puis  il  faut  augmenter  les  allocations  des courses de Groupe. Les allocations des Grs1 doivent augmenter a` 400.000 € et les Grs2 a` 200.000 €, sachant que le Derby, les Oaks et le Gran Criterium offrent déjaà assez d’argent.  Cette  augmentation  porterait  les  allocations  des courses  de  Groupe  a`  6  millions  d’euros,  c’est-a`-dire  une hausse de 30 %. » Augmenter les allocations n’est pas la seule mesure conseillée par Franco Castelfranchi : « Le galop italien doit organiser  un  bureau  capable  de  faire  de  la  promotion  pour  les courses de Groupe et se poser comme une référence pour les  entraineurs,  les  propriétaires  et  surtout  les  autorités étrangères.  Une étude  sur  ce  nouveau  bureau  est  déjà prête, on peut le mettre en place a` coût zéro dans un très bref délai, mais il faudra le feu vert du Ministère. »

Le monde des courses en Italie est prêt a` changer pour sauver les Groupes. Mais les bureaucrates des ministères seront-ils capables de donner des réponses avant l’Épiphanie ?