"affaire fenton" : la b.h.a. réagit

Autres informations / 25.02.2014

"affaire fenton" : la b.h.a. réagit

Le jugement de Philip Fenton (consécutivement aux stéroïdes anabolisants retrouvés par le ministère de l’Agriculture irlandais en janvier 2012) a été repoussé. Prévu initialement le 23 février, il aura finalement lieu après le festival de Cheltenham. L’entraîneur pourra donc participer à la grande semaine de l’obstacle anglaise. Il présentera notamment Last Instalment (Anshan) dans le Gold Cup (Gr1).

Dans un contexte "tendu", notamment suite à l’interview sans concession du journaliste sportif David Walsh sur Channel 4, remettant en cause l’implication des autorités hippiques anglaise et irlandaise dans la lutte contre le dopage, la British Horseracing Authority (B.H.A.) a décidé, en accord avec l’Irish Turf Club, de se rendre chez Philip Fenton. Cette expédition a pour but d’effectuer des prélèvements sur les pensionnaires de Philip Fenton devant participer au festival. Les prélèvements seront analysés à Newmarket et les résultats dévoilés la semaine prochaine. Philip Fenton sera par ailleurs interrogé par la B.H.A. sur cette affaire en cours. Gigginstown House Stud, propriétaire de Last Instalment, a annoncé avoir demandé lundi à la B.H.A. d'effectuer des tests et est donc heureux de cette inspection. Quant à Barry Connell, propriétaire entre autres de The Tullow Tank, il a annoncé que cela ne changeait rien pour lui : ses chevaux ne seront pas revus en piste tant que la lumière n’aura pas été faite sur cette affaire.

LA B.H.A. VERS UN DURCISSEMENT

Directeur général de la B.H.A., Paul Bittar, a déclaré : « Suite à l’ajournement de l’audition par le tribunal, nous souhaitons prendre toutes les décisions pouvant rassurer le public sur les courses concernées à Cheltenham, et sur notre sport en général. (...) Toute situation ou concours de circonstances remettant en cause l’intégrité de notre sport représente une grande inquiétude. Les événements de 2013 ont mis en lumière le besoin d’augmenter la lutte contre la mauvaise utilisation des médicaments et de la médication, en particulier des stéroïdes anabolisants. Depuis, des mesures importantes ont été prises vers l’élaboration de normes internationales, avec de nombreuses juridictions adoptant un seuil de tolérance zéro envers les stéroïdes anabolisants en compétition. Pendant ce temps, la Grande-Bretagne a annoncé doubler le nombre de tests sur les chevaux à l’entraînement et nous attendons, au printemps, de dévoiler les conclusions d’un rapport que nous avons commandé, afin de définir dans notre pays des normes encore plus sévères que celles décidées à l’international. Même si l’inspection chez Philip Fenton a eu lieu il y a deux ans, soit avant l’adoption des moyens de dissuasion récents dans ce pays, il n’y a pas de place pour la complaisance. Nous considérons qu’il est du devoir de tous ceux impliqués dans les courses en Angleterre et en Irlande, et pas seulement les autorités, de montrer leur opposition à la mauvaise utilisation des médicaments et de la médication, en particulier des stéroïdes anabolisants, et d’être transparents sur ces pratiques. »