Des vainqueurs qui ont de l’avenir

Autres informations / 24.02.2014

Des vainqueurs qui ont de l’avenir

Que le gagnant du Prix Policeman (L), Mr Pommeroy (Linngari) possède de l’avenir, c’est une évidence. En revanche, cela peut ne pas paraître manifeste au premier abord pour le 6ans Narrow Hill (Tiger Hill), lauréat du Grand Prix du Conseil Général des Alpes-Maritimes (L), support de la première étape du Défi du Galop.

Et pourtant. Ce pensionnaire de Philippe Sogorb a montré qu’il était meilleur que jamais et que l’année 2014 s’annonçait pleine de promesses pour lui.

Il a été réellement impressionnant, effectuant le tour du peloton – ou du moins ce qu’il en restait – dans le tournant final, avant de faire facilement la différence dans la ligne droite. Beaucoup de chevaux, pourtant confirmés à ce niveau, ont fini péniblement leur parcours dans cette Listed, mais pas Narrow Hill. Il décroche sa première Listed et ne va pas en rester là. Il serait risqué d’estimer que son rôle en 2014 peut se limiter à celui de prétendant au Défi du Galop.

Car il est sur la bonne pente, celle qui monte, depuis le mois d’octobre, et ses progrès l’autorisent à briller à un niveau supérieur à celui des Listeds. Ses points faibles concernent la distance – il a besoin d’une course sur 2.400m au moins – et le terrain – il le lui faut proche du lourd.

Mais cela se transforme en point fort, notamment en fin de saison, où deux belles courses font appel à ces aptitudes- là : le Prix du Conseil de Paris (Gr2) et le Prix Royal-Oak (Gr1). Sur le papier, le Prix Policeman était à l’image des maidens et courses à conditions sur 2.000m de Cagnes-sur- Mer cet hiver : homogène.

Cette Listed a réussi à accoucher d’un très bon vainqueur, Mr Pommeroy, qui ne doit qu’à lui-même son succès. Rapidement devant, il n’a laissé personne l’approcher dans la ligne droite, s’imposant nettement, avec quatre longueurs et demie d’avance. L’opposition n’était clairement pas au niveau – loin de celle que va rencontrer Mr Pommeroy désormais –, mais le cheval a vraiment mis la manière pour s’en débarrasser, s’imposant dans un temps meilleur que lors de sa préparatoire à Cagnes-sur-Mer.

Le meeting de Cagnes-sur-Mer lui a permis de franchir un cap et de prendre le chemin des préparatoires au Prix du Jockey Club (Gr1, dans lequel il est engagé) avec des chances et l’ambition de bien s’y comporter. Mr Pommeroy – qui a commencé sa carrière chez Mario Hofer – gagne en maniabilité au fil de ses sorties, mais en faire le nouveau saônois (Chichicastenango) – lauréat du Prix Policeman 2012 avec quatre longueurs d’avance, avant de devenir quelques mois plus tard gagnant du "Jockey Club" – est un pas que je ne franchirai pas.

Entraîneur de Narrow Hill (Tiger Hill), Philippe Sogorb a analysé avec nous la victoire de son pensionnaire et nous a également parlé de son programme futur.

J.D.G. – QUELLE IMPRESSION VOUS A LAISSEE NARROW HILL SAMEDI ?

Philippe Sogorb. – À 6ans, le cheval est meilleur que jamais et il n’avait pas encore réalisé de telles valeurs. Il l’a prouvé samedi où il s’est promené dans le Grand Prix. Il a pourtant eu un parcours moyen. Il a reculé et a dû faire le tour des autres dans le tournant. Mais en cent cinquante mètres, il a traversé ses opposants. Une fois devant, il met les oreilles sur le côté, mais reste courageux. Il a vraiment gagné proprement face à des chevaux confirmés à ce niveau.

LE DEFI DU GALOP PEUT-IL DEVENIR UN OBJECTIF POUR LUI DESORMAIS ?

Le Défi du Galop ne peut pas être totalement un objectif pour Narrow Hill. Il est meilleur dans les terrains lourds ou collants et je ne vais pas le courir sur des distances inférieures à 2.400m. La saison du Défi du Galop contient plusieurs étapes l’été, d’autres sur 2.000m, et je ne veux pas courir Narrow Hill en bon terrain. Si le Défi du Galop était son objectif, nous irions sans hésiter sur ces étapes en bon terrain. Cela ne sera pas le cas. Toutefois, des manches où l’on peut trouver un terrain très souple, comme à Lyon, Craon, Toulouse, Vichy, Nantes, voir San Sebastian, peuvent être sur sa feuille de route.

QUAND VA-T-ON LE REVOIR?

A priori, il ne courra pas les étapes du Défi du Galop de Toulouse [25 avril, ndlr] et de Bordeaux [24 mai, ndlr], qui sont respectivement sur 2.000m et 1.900m. En revanche, il pourrait être au départ de l’étape de Lyon, le 14 juin, sur 2.400m. Auparavant, le Prix de Barbeville, un Gr3 sur 3.100m, est une course possible. Narrow Hill aime courir espacé. Là, à Cagnes, je l’ai couru de manière rapprochée, car il était sur place. C’est un cheval qui aime courir et effectuer une rentrée de deux mois ne le dérange pas.

ESTIMEZ-VOUS QUE LE CHEVAL A PASSE UN CAP DEPUIS SA VICTOIRE DE SAINT-CLOUD, DANS UN GROS HANDICAP, LE 10 OCTOBRE ?

À cette époque, le cheval était descendu en 38 de valeur handicap. Je me souvenais d’une course à Cagnes, où il était troisième, en 39,5 de valeur, battu nez et nez par Aussi Célèbre et Poème du Berlais. J’ai trouvé tentant d’essayer ce Quinté de Saint-Cloud et, là, le cheval a fait un "truc". Il a été impressionnant et sa valeur a été remontée de 3,5 kilos. Il a recouru un Quinté, à Angers, en terrain lourd. Sans avoir le meilleur des parcours, il a pulvérisé l’opposition. Ensuite, nous avons couru le Prix Max Sicard à Toulouse. Là, j’estime que Quidamo nous a battus car Toulouse est un champ de course où l’on peut gagner de bout en bout. À quatre cents mètres du poteau je pensais que Narrow Hill allait s’imposer, mais il n’a fait que pousser Quidamo pour finir. Aujourd’hui, je pense qu’il peut encore progresser, il est meilleur qui ne l’a jamais été.