Jour 2 : confirmation d’un marché fort

Autres informations / 12.02.2014

Jour 2 : confirmation d’un marché fort

INTERNATIONAL

Lors du jour 1 de la vente mixte Fasig-Tipton, douze lots

ont passé la barre des 100.000 dollars. Pour le jour 2, ils étaient dix-huit à

avoir atteint ou dépassé ce chiffre. Un nouveau top price a été établi lundi.

Hidden expression (Yonaguska), gagnante de Stakes et sœur du gagnant de Gr1

Bullsbay (Tiznow), a été adjugée 360.000 dollars à Gainesway. Elle était

consignée par Rick Abbott (agence). Le premier produit d’Hidden Expression par

Malibu Moon, une pouliche yearling en 2013, avait été vendue 350.000 dollars

lors de la vente de septembre de Keeneland. Son deuxième produit, un mâle

yearling par Hard spun, a quant à lui trouvé preneur à 75.000 dollars avec Paul

Austin lors de cette vente mixte. Il passait sur le ring juste après sa mère.

Les deux chevaux faisaient partie de la dispersion de l’effectif d’Anne F.

Thorington, qui comprenait en tout treize chevaux.

Dans l’ensemble, cette vente mixte, qui s’étalait cette

année sur deux jours, a été considérée comme un succès. Le marché a été fort

pour le haut et le milieu de gamme, dans la continuité de ce qui a été observé

lors des ventes d’élevage de décembre et de janvier. Pour faire une comparaison

avec 2013, où la vente ne durait qu’une journée et était "boostée"

par la réduction d’effectif d’Eugene Melnik, le prix médian est en hausse en

2014, de 15.000 dollars à 16.000 dollars, signe d’un marché fort. Le prix moyen

est quant à lui en baisse de 40 %, à 33.319 dollars. Mais il faut prendre en

compte le fait que le top price 2013 était de 900.000 dollars pour un lot

provenant de la réduction Melnik, tandis que huit autres chevaux avaient passé

la barre des 300.000 dollars.

« Nous sommes vraiment très satisfaits, a déclaré Boyd

Browning Jr, Président de Fasig-Tipton. Le plus important, c'est qu’il y avait

plusieurs acheteurs, du lot 1 au lot 588. (…) Il y a eu de l’intérêt, du début

à la fin, pour tous les types de prix. Ce fut très compétitif pour le haut de

gamme, fort pour le milieu de gamme, et il y avait aussi des acheteurs pour les

chevaux les moins chers. »