Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Journee portes ouvertes  au haras de corlay  samedi 1er mars

Autres informations / 24.02.2014

Journee portes ouvertes au haras de corlay samedi 1er mars

Samedi 1er mars, le haras de Corlay organise une opération portes ouvertes. À partir de 10 heures et jusqu’au début de l’après-midi, trois des quatre étalons du site seront présentés au public : Slickly Royal, Lauro et Alberto Giacometti. L’autre étalon du haras, Honolulu, ne sera pas visible, étant encore au haras de Lamballe. Il doit réintégrer Corlay en avril. Au cours de cette journée, le haras organise également un tirage au sort, dont les lauréats bénéficieront d’une réduction de 50 % sur la saillie des étalons, et propose aux visiteurs de partager un verre.

C’est la troisième année qu’un groupe d’éleveurs bretons propose l’activité d’étalonnage au haras de Corlay suite au départ des Haras nationaux. Le site est animé par Guillaume Thomas et le responsable des étalons est Renaud Bouvier. Ce dernier nous a expliqué : « Les trois étalons qui seront visibles le 1er mars sont nouveaux au haras de Corlay, mais ils ont déjà fait la monte ailleurs ces dernières années. Le site de Corlay a été repris par des éleveurs locaux qui ne sont pas des professionnels et qui souhaitent que la station continue de vivre et de proposer ses services. Ils sont rassemblés dans l’association des éleveurs de chevaux de sang de Corlay et, sans eux, le site de Corlay serait aujourd’hui éteint. Cette année, de nouvelles activités vont être développées. Outre l’étalonnage, il y est maintenant proposé d’y effectuer le poulinage des juments, mais aussi le débourrage et la préparation aux ventes. Cela répond à une demande locale et nous avons déjà des poulinages réservés pour cette année. Le site du haras permet de travailler dans d’excellentes conditions. Il y a 28 boxes, 8 pour les étalons et 20 pour les juments. L’hippodrome, tout proche, est également à la disposition des personnes intéressées, tout comme les pistes d’entraînement. Développer ces activités permet aux éleveurs locaux de bénéficier d’un service de proximité, sans avoir plusieurs centaines de kilomètres à parcourir pour débourrer un poulain par exemple. »