Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le rebond d’ice love

Autres informations / 18.02.2014

Le rebond d’ice love

CAGNES-SUR-MER, LUNDI

Brillante lauréate, de bout en bout, du Prix de Lisieux (F),

l’été dernier à Deauville, ice love (Three Valleys) avait depuis alterné le bon

et le moins bon. Lundi, elle a renoué avec la victoire dans le Prix de la

Principauté de Monaco (B). Attentiste dans une course très rythmée sous

l’impulsion d’Hatari (My Risk), Ice Love a terminé le plus vite, laissant une

bonne impression. Cette victoire lui offre l’opportunité de tenter sa chance

dans quelques semaines à Chantilly dans le Prix de Ronde de Nuit (L). Le seul

reproche que l’on puisse lui faire, c'est qu’apparemment elle ne tient pas la

distance de 1.600m. Son programme peut donc être rapidement bouché.

Animateur, à vive allure – plusieurs chevaux ont d’ailleurs

été "dans le rouge" une grande partie du parcours –, Hatari s’est

montré courageux pour conserver la deuxième place. Il devance de peu Jonh Jonh

(Chineur) qui, de retour sur 1.300m, a fourni une bonne valeur.

Le rythme imprimé en tête par Hatari a fait des dégâts.

Installée parmi les favoris, Watouka (Orpen) a longtemps été prise de vitesse.

Elle a bien fini, se classant cinquième. Le favori, Balfour (Myboycharlie), n’a

jamais été dans le coup, terminant dans le lointain.

  

la famille d’ascot Glory

Ice Love a été achetée aux ventes de yearlings Arqana

d’octobre 2012 par Tony Castanheira. Celui-ci nous avait raconté, concernant

cet achat : « Je l’aimais beaucoup, et j’ai pu l’avoir pour seulement 13.000

euros, certainement parce que son père n’était pas encore très confirmé. Sa

mère est une fille de Cape Cross. »

Ice Love est en effet issue de l’étalon Juddmonte three

valleys, un fils de Diesis qui a fini sa carrière aux ÉtatsUnis, se montrant

très précoce, remportant notamment les Coventry Stakes (Gr3). La mère de la

pouliche, Xcape to victory (Cape Cross), est une sœur d’ascot Glory (Kheleyf),

deuxième du Critérium de Maisons-Laffitte (Gr2). La troisième mère de la

pouliche a gagné le Prix de Royallieu (Gr3 à l’époque).