Radiographie : les étalons français font mieux que se défendre !

Autres informations / 06.02.2014

Radiographie : les étalons français font mieux que se défendre !

Animateur de DNA Pedigree, Thierry Grandsir explique dans JDG pourquoi le parc d’étalons français n’a pas à rougir de la comparaison avec ses voisins.

LE CHOIX

L'une des spécificités de notre élevage concerne le nombre d'étalons actifs : si le SIRE a approuvé 349 pur-sang pour la saison de monte 2013, départements d'outre-mer inclus, notre base de données en dénombre actuellement 366 prêts à officier sur notre sol en 2014. Un choix très vaste, voire pléthorique, destiné à satisfaire toutes les zones géographiques et toutes les disciplines, des courses de plat à l'obstacle en passant par les AQPS, les chevaux de sport ou les amateurs de robes bicolore (tel I Was Framed). Quantitativement, notre pays héberge autant d'étalons pur-sang que l'Angleterre et l'Irlande réunies (135 sujets pour le premier, 210 pour le second), l'Allemagne faisant figure de parent pauvre avec seulement une quarantaine de reproducteurs, mais tous triés sur le volet car issus d'une sélection drastique et rigoureuse.

LA QUALITE

Le parc français 2014 compte en ses rangs 82 étalons ayant remporté au moins une course de Gr1 durant leur carrière de course, ce qui représente près d'un reproducteur sur quatre. Comparativement, nos voisins affichent des scores supérieurs : 59 % pour l'Allemagne (23 gagnants de Gr1), 53 % pour la Grande Bretagne (71) et 49 % pour l'Irlande (103), soit globalement plus d'un sur deux. Il n'en reste pas moins vrai que, durant les cinq dernières saisons, quarante de nos courses de Gr1 (en plat) ont été remportées par des produits d'étalons étant ou ayant été stationnés en France. Une reconquête en marche, avec comme objectif de faire aussi bien que nos sauteurs, largement dominateurs en Europe !

LA JEUNESSE

Le taux d'étalons n'ayant pas encore de production en âge de courir (entrés au haras depuis 2011 inclus) est de 29 % en France (106 reproducteurs), contre 36 % en Allemagne, 31 % en Angleterre (42) et 30 % en Irlande (63). Des scores qui se valent, et qui évoquent le renouveau nécessaire à l'évolution d'un parc de reproducteurs. Notons que la mise en place de la surprime accordée aux éleveurs envoyant leurs bonnes juments (black types ou mères de black types) aux étalons récemment installés sur notre territoire a sans doute motivé de nombreuses importations, car 175 étalons français sont aujourd'hui éligibles à cette surprime (un sur deux !).

LE RENOUVELLEMENT

La nouveauté est toujours très excitante. Vingt-et-un jeunes étalons ont été annoncés pour effectuer leurs débuts au haras en France, sans compter ceux qui nous arrivent après avoir officié à l'étranger. Parmi les débutants figurent 7 gagnants de Gr1 (33 % !), dont trois ayant acquis ce statut à l'âge de 2ans (14 %) : French Fifteen, George Vancouver et Pedro the Great. Pour mémoire, les autres se nomment Planteur?(Prix Ganay), Saônois (Prix du Jockey Club), Shamalgan (Premio Vittorio di Capua) et Style Vendôme (Poule d'Essai des Poulains).

Pour information, nos voisins exhibent eux aussi leurs nouvelles recrues : 15 en Irlande dont 9 gagnants de Gr1 (dont 4 à l'âge de 2ans), 10 en Angleterre dont 6 gagnants de Gr1 (aucun à 2ans), et 5 en Allemagne dont 4 gagnants de Gr1 (dont un à 2ans). On leur enviera certes d'avoir récupéré nos Dabirsim, Maxios?et Intello, tous trois tant espérés en France, en attendant le retour du dernier nommé en 2016...

LA GENETIQUE

Sur le plan génétique, on notera que parmi nos 21 débutants figurent 4 étalons de la lignée mâle de Mr prospector, 2 fils de Chichicastenango, un fils de Robin des Champs et un de Monsun, les 13 autres émanant des différentes composantes de la dynastie Northern Dancer via Danzig (6 dont 2 fils d'oasis Dream), Giant's Causeway (2 petits-fils), Galileo, Hernando, Linamix, Pivotal et Turtle Bowl. Une proportion conforme à la répartition globale de notre parc, et faisant appel aux meilleurs courants de sang.

Il est par ailleurs assez intéressant de constater à quel point les descendants de Grey Sovereign, principal pourvoyeur de la robe grise chez nous, demeurent toujours aussi populaires : 49 étalons gris sont stationnés en France, ce qui représente exactement 13,4 % de notre parc actif. Ils ne sont que 20 à arborer cette robe dans le reste de l'Europe, soit seulement 5,2 % !