Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Une représentation historique à cagnes-sur-mer

Autres informations / 04.02.2014

Une représentation historique à cagnes-sur-mer

Mardi, l’hippodrome de Cagnes-sur-Mer organise une réunion atypique et historique. Le théâtre azuréen fait cohabiter des courses de trot et de galop durant la même journée. Jusque-là, c’est plutôt banal, puisque de nombreux hippodrome provinciaux le font aussi à travers la France. Ici, l’exploit réside dans le timing. Puisque de 12 heures à 16 h 20, seize courses vont se courir à Cagnes-sur-Mer. Une course de galop va succéder à une course de trot et ainsi de suite. Seize courses en 6 h 20, cela fait donc un départ tous les quarts d’heure, le tout en alternant la discipline à chaque fois !

UN TIMING PRECIS

Le succès de cette journée réside principalement dans l’enchaînement des événements avec des départs toutes les quinze minutes. Vice-Président de la Société des courses de la Côte d’Azur, Thomas Roucayrol explique : « Cette journée sera une réussite si chacun y met du sien. Nous avons travaillé en amont avec les représentants des socioprofessionnels pour leur expliquer en détail le déroulé de cette journée. Un retard dans une course peut impacter le bon enchaînement de toute cette journée. Il faut faire cohabiter les trotteurs et les galopeurs sur une même journée de course, sur le même site, et cela nécessite quelques aménagements. Cela concerne notamment les allées cavalières qu’utilisent en temps normal les galopeurs, mais aussi l’emprunt de la piste de trot lors des heats d’échauffement. Les trotteurs devront attendre que la course de galop soit terminée pour faire leurs heats. Tout cela oblige à un respect des règles par les professionnels pour cette journée ». Cagnes-sur-Mer relève un sacré pari mardi, mais ce site a tout à fait les moyens de le tenir. « Ce sont les sociétés-mères, en particulier celle du trot, qui nous ont demandé s’il était possible de faire cohabiter deux réunions en une, poursuit Thomas Roucayrol. Nous avons répondu par l’affirmative et nous nous sommes préparés en conséquence. Actuellement, nous accueillons déjà 1.100 chevaux de trot et de galop sur le site. Il était donc plus facile d’organiser une telle journée à Cagnes-sur-Mer à cette période, puisque les chevaux sont déjà sur place. Il n’était pas possible de faire courir d’abord les huit courses de trot, puis les huit courses de galop, ou l’inverse. Tout simplement parce que les professionnels ne peuvent être prêts à courir toutes les quinze minutes. »

CAGNES VOIT DOUBLE

Pour cette double réunion, plusieurs éléments techniques ont été doublés. Il y aura deux équipe de commissaires, une au trot et l’autre au galop, chacune disposant de sa propre régie vidéo. Il y aura deux secrétariats différents et, surtout, deux salivarium. « Il est important pour nous d’avoir le même contrôle d’après-course que lors d’une réunion simple », insiste Thomas Roucayrol. Les équipes de médecins et d’hommes de piste ont également été renforcées pour cette journée particulière, tout comme l’accueil pour les turfistes. Pour suivre le rythme d’une course toutes les quinze minutes, le nombre de guichets passe de vingt- deux à trente. Il y aura également deux ronds. Celui des galopeurs, au paddock, tandis que celui des trotteurs est implanté à l’est de la tribune.

LE THEATRE EST PRET

Directeur technique de l’hippodrome, Gwen-Ael Nau témoigne de la bonne préparation du site : « Le respect des horaires est important lors de cette journée. Au niveau technique, tout a été fait pour que l’hippodrome soit prêt. Ensuite, ce sont les facteurs du monde vivant qui feront que nous serons ou pas dans les temps. Nous avons travaillé longtemps en avance pour que le théâtre de cette journée soit en parfait ordre de marche pour cette double représentation ».