Great virtues juste à temps

Autres informations / 12.03.2014

Great virtues juste à temps

Pas impressionnante dans son modèle, Great Virtues (Teofilo) s’est montrée plutôt froide pour ses débuts dans le Prix Dushka (F). Prise de vitesse au démarrage et longue à trouver son action, elle s’est ensuite bien allongée pour revenir prendre un minime avantage à Zafina (Naaqoos) au passage du poteau. Pourtant, la pensionnaire de Yann Barberot semblait avoir fait le plus dur, et à cent mètres du but, elle comptait encore trois bonnes longueurs d’avance sur sa rivale. Great Virtues est née tard, le 16 mai, et elle n’est sûrement pas précoce. Elle devrait aussi encore évoluer dans son physique. Yann Barberot, qui avait gagné cette course en 2012 avec Sediciosa (Rail Link), était satisfait des débuts de Zafina : « Je ne voulais pas qu’elle ait une course dure pour ses débuts, et ce fut suffisamment dur comme ça ! Mais elle court bien. Elle avait déjà un peu de travail derrière elle. Elle avait bossé avec My Darling Memory, qui a bien débuté l’autre jour à Deauville. »

UNE SOUCHE WERTHEIMER

Great Virtues est une fille de la “Wertheimer” Gold’s Dance (Goldneyev), qui avait débuté en juin de ses 3ans et s’était imposée dès sa deuxième sortie sur 2.400m. Son meilleur produit est Goldamix (Linamix), gagnante du Critérium de Saint Cloud (Gr1), troisième du Prix de Diane (Gr1), et qui a donné Sismis (Singspiel), deuxième d’un Prix Pénélope (Gr3). Gold’s Dance est issue d’Anitra’s Dance (Green Dancer), lauréate du Prix Minerve (Gr3) et mère de Solveig (Gay Mécène), gagnante du Prix Fille de l’Air (Gr3).