Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

La drôle d’accélération de son du berlais

Autres informations / 30.03.2014

La drôle d’accélération de son du berlais

priX romantisme

Sur le papier, le Prix Romantisme était de très bon niveau

et cela s’est confirmé sur la piste. C’est un drôle de poulain qui l’a emporté

: son du Berlais ??(Muhtathir). Monté derrière les chevaux de tête, il a

profité du rythme sélectif imprimé par arthur’s secret (Secret Singer). Entre

les deux dernières haies, sirabad (Astarabad) et Beware ??(Network) ont pris le

meilleur et ils ont fait illusion pour la victoire. Son du Berlais suivait le

mouvement et, une fois la dernière haie sautée, il a placé une superbe

accélération pour déposer des rivaux de grande qualité. « C’est un très bon

poulain, qui est encore bébé, nous a dit son jockey, Ludovic Philipperon. Nous

l’avons respecté, attendu et il a encore une bonne marge. C’est vrai qu’il a un

bon changement de vitesse. » Doté d’un modèle imposant, le genre de physique

que les Britanniques apprécient particulièrement, Son du Berlais est un poulain

de classe. Il le faut pour dominer des chevaux de Groupe avec une telle

facilité. La dernière fois, pour ses débuts dans le mouvementé Prix Rohan (L),

il terminait quatrième sur cinq, mais son effort sur le plat n’était pas passé

inaperçu. D’ailleurs, il a ouvert samedi à 7/1, avant que la cote ne tombe à

3,2/1 puis remonte à son niveau initial. Au regard de son changement de vitesse

sur le plat, de son modèle et de son pedigree, puisqu’il est le fils de la

bonne King’s Daughter (King’s Theatre), gagnante du Prix Bournosienne (Gr3), et

du lot qu’il devance, il se voit attribuer une ??JDG Jumping star ?.

 

Beware est encore tendre

Après une septième place pour sa rentrée, sur les haies

d’Auteuil, Beware a couru en progrès pour conserver la deuxième place. Il a

toujours évolué parmi les premiers, avec sa grande action et il a fait

longtemps illusion pour la victoire. Son entraîneur, Guillaume Macaire, nous a

confié : « Il se réhabilite un peu. Ce qu'il fait aujourd'hui, c'est très

propre. Beware est encore tendre, il devrait se faire. Nous allons prendre

notre temps avec lui, comme le dit l'adage : qui veut aller loin ménage sa

monture. Pour la suite, nous allons voir. Le programme va devenir pas très

facile sur les haies, il pourrait être dirigé plus tôt que prévu sur le

steeple. Il devrait alors déployer ses ailes dans cette spécialité, mais s'il

reste encore tendre. »

 

excellents débuts de sirabad

À la suite d’un parcours tout en progression, sirabad

(Astarabad) est arrivé avec des ressources intactes derrière les leaders à

l’amorce du tournant final. Il a pris l’avantage entre les deux dernières

haies, avant de s’avouer vaincu sur le plat. Mais ses débuts sont très

prometteurs, car il était l’un des deux seuls inédits au départ. « Il débute

bien, nous a dit son mentor, Emmanuel Clayeux. C'est un cheval que nous

estimons. Il possède un tel abattage qu'il s'est retrouvé devant trop tôt, mais

il est délicat de le reprendre. Je ne suis pas inquiet pour la suite, je pense

que c'est un très bon cheval et qu'il sera encore mieux lorsque les pistes

s'assoupliront. J'ai plusieurs 4ans qui sont très bons et qui devraient arriver

endurcis à l'automne, c'est prometteur. »                              

 

le fils de King’s Daughter

Coélevé par Jean-Marc Lucas et la famille Collet, Son du

Berlais est un fils de King’s Daughter (King’s Theatre), gagnante du

"Bournosienne", six fois placée de Groupe et quatrième du Prix Renaud

du Vivier (Gr1). King’s Daughter était entraînée par François-Marie Cottin. Son

du Berlais est le frère de Brother du Berlais (Saint des Saints), gagnant du

Prix Tournay à Auteuil avant sa vente et son exportation en Angleterre. Après

Son du Berlais, King’s Daughter a produit William du Berlais, un 2ans par

trempolino. King’s Daughter est la sœur de patent pending (Double Bed),

vainqueur de six courses. Son du Berlais appartient à une souche développée par

Gérard Samama. Il est issu de la même famille que french flag, sawasdee, tarta

Whisky (King of Macedon), tous à l’honneur dans des stakes en plat.