Now we can prépare le "grand fond" dubaïote sur le sable cantilien

Autres informations / 05.03.2014

Now we can prépare le "grand fond" dubaïote sur le sable cantilien

Des trois trials pour Meydan, le Prix Meydan Hôtel (A) était la course à suivre. Sur le papier, l’intérêt résidait dans le retour en piste du champion Cirrus des Aigles (Even Top). Le pensionnaire de Corine Barande-Barbe s’est bien comporté, n’étant battu que de peu et conclant à la quatrième place. Et c’est un autre candidat à Meydan qui l’a emporté, Now we Can (Martillo). La distance de 1.900m était crainte par son entourage, mais il a levé tous les doutes en s’imposant courageusement face au bon retour de Mortga (Anabaa) et à la bonne défense de Zazou (Shamardal), lequel lui avait pris l’avantage à deux cents mètres du but. Engagé à la fois dans le Dubai Sheema Classic (Gr1) et le Gold Cup (Gr2), Now we Can devrait s’orienter vers la deuxième option. « Je ne vous cache pas qu’il n’était pas sur sa distance, mais c’est un cheval qui nous épate tout le temps, nous a confié son entraîneur, Nicolas Clément. Il s’est reposé cet hiver puis nous l’avons repris fin janvier. Il était suffisamment bien pour effectuer sa rentrée et va monter sur cette course. Il aime cette piste, il avait d’ailleurs gagné sur le sable de Chantilly, sur de plus longues distances. C’est un cheval de classe, le genre d'élément qui a beaucoup d’opportunités à l’étranger. Nous irons vers le Gold Cup à Meydan. Ensuite, il y aura les États-Unis, le Canada... Mais nous en discuterons avec son propriétaire. Il est beaucoup mieux actuellement qu’il ne l’était au début de l’automne. » L’an passé, presque à la même époque, Now we Can s’était révélé en remportant par six longueurs le Prix d’Alix (D) sur 2.900m. Il a ensuite poursuivi son ascension, gagnant notamment le Grand Prix de Chantilly (Gr2). D’ailleurs, à l’issue de sa victoire ce mardi, il reste invaincu sur l’hippodrome des Princes de Condé en quatre sorties.

CIRRUS DES AIGLES, COMME EN 2012 ?

Deuxième de cette épreuve en 2012, Cirrus des Aigles a dû se contenter de la quatrième place cette fois, le bon finisseur Mortga et le tenace Zazou s’intercalant entre lui et Now we Can. "Cirrus" a pris les commandes de la course dès le départ, accélérant à l’entrée de la ligne droite et ne cédant qu’à deux cents mètres du poteau, ce qui est logique pour une rentrée. Après son accessit dans ce Prix Meydan Hôtel en 2012, Cirrus des Aigles avait gagné le Dubai Sheema Classic. C’est de nouveau vers cette course qu’il devrait se tourner. Corine Barande-Barbe nous a confié : « "Cirrus" court bien, et Christophe l'a trouvé beaucoup mieux, beaucoup plus présent que lors de sa rentrée dans cette course il y a deux ans. Il faut bien voir que nous l'avons couru ici car il n'y a rien d'autre, mais 1.900m sur une piste rapide, ce n'est pas son truc. En plus, il n'a pas pris son bol d'air quand Christophe le lui a demandé, et il est certain qu'il en avait besoin. On ne s'arrête pas du tout au résultat brut. Nous gardons notre objectif de Meydan, avec une préférence pour le gazon et la Sheema Classic. À son âge, je préfère éviter les surfaces qu'il n'aime pas ! »

LA FAMILLE DE NOROIT

Now we Can est un fils de Martillo, double lauréat du Prix du Muguet (Gr2). Cela explique en partie pourquoi Nicolas Clément a débuté Now we Can sur 1.600m. Ce dernier a alors terminé septième. Rappelons que Martillo est actuellement étalon au haras de Longechaux. Notre Dame (Acatenango), la mère de Now we Can a déjà produit un black type, Now Again (Lomitas), placée de Listed. Noble Princesse (Windwurf), la deuxième mère de Now we Can, est également la génitrice de Noël (Acatenango) et Noroît (Monsun), lauréat de Gr2 et placé de Grs1.