Epicea peut viser encore plus haut

Autres informations / 05.04.2014

Epicea peut viser encore plus haut

Battu par Royale Flag (Nickname) lors de leurs débuts sur le steeple-chase, Épicéa (Califet) a pris sa revanche sur la pensionnaire de François-Marie Cottin dans le Prix le Touquet. La course a été menée à une allure sélective par Assirem (Spirit One), qui a pris plusieurs longueurs d’avance. A Pigalle (Discover d’Auteuil) a mené la chasse, tandis qu’Épicéa voyageait en troisième position. Royale Flag s’est montrée tendue durant le parcours, venant trop tôt à l’attaque. Dans le tournant final, Épicéa s’est rapproché de l’animateur et n’a plus eu qu’à assurer les derniers obstacles. Il a ensuite bien accéléré sur le plat. Royale Flag, qui a semblé déborder, s’est bien reprise pour venir prendre la deuxième place à Assirem.

EPICEA VA VISER PLUS HAUT

Barré sur les haies, Épicéa ne va désormais plus avoir trop le choix des engagements après cette victoire. Il lui faudra monter de catégorie. « C’est un grand et beau cheval, brave, a expliqué Guy Cherel. À la fin 2012, il n’était pas encore très mature. Il a pris de la force lors du meeting de Pau. De plus, le matin, il est monté par une fille avec qui il s’entend bien, car il peut être un peu spécial. » Epicéa va monter les échelons et devrait aborder des distances plus longues, ce qui ne sera pas un souci. « La dernière fois, il avait été un peu pris de vitesse. Ce n’est vraiment pas un cheval de vitesse et il devrait être encore mieux sur plus long. Il va devoir désormais rentrer dans la cour des grands en steeple : il ne peut pas revenir sur les haies, il n’a pas assez de classe de plat pour cette spécialité. Il n’a que du fond, de l’abattage, et il saute très bien. Le terrain lourd n’est pas un problème. Et il a le droit d’essayer face aux bons ! » Cependant, Épicéa est rentré avec une blessure au talon. « Il faudra soigner cela, et nous aviserons », a conclu Guy Cherel.

UN FILS D’EVITTA

Épicea est un élève de Guy Cherel. C’est fils d’Evitta (Le Triton), qui s’est notamment classée deuxième du Prix Finot (L) pour l’entraînement de Guy Cherel, qui en est l’un des éleveurs aussi. À noter que Califet, le père d’Épicéa, était aussi un pensionnaire de l’entraîneur. Guy Cherel connaît donc bien la famille.