Matthias lauron a signé sa 70e victoire

Autres informations / 07.04.2014

Matthias lauron a signé sa 70e victoire

Étrier d’Or 2013 avec 56 victoires, Matthias Lauron a réussi une superbe année, gagnant pour son patron d’apprentissage Thierry Lemer, mais aussi pour Jean-Claude Rouget – pour qui il travaille désormais – ou encore Alain de Royer Dupré. Il a perdu sa décharge dimanche, à Toulouse, en selle du Hectomare, et devient donc professionnel. « Mon premier objectif de l’année était de devenir professionnel et aussi d’enregistrer cette 70e victoire avant le 14 mars et la remise de l’Étrier d’Or..., nous a confié Matthias Lauron. Je suis ravi de mon année 2013. Je l’ai vécue de façon sereine, avec l’appui de mon patron qui m’a beaucoup aidé. L’Étrier d’Or représente beaucoup de travail et je suis content également de l’avoir décroché pour Thierry Lemer. C’est un objectif qui s’est imposé à moi petit à petit, au fil de l’année. »

Depuis plus d’un an, Matthias Lauron travaille en collaboration avec un agent, Michel Chartier. « Le fait d’avoir un agent m’a bien aidé, notamment dans le choix des montes », nous a précisé le jeune jockey. Pour l’année 2014, il s’est fixé de nouveaux objectifs : « J’espère faire plus de cinquante-six gagnants, mon score de l’an dernier, et essayer de monter des Groupes. » Matthias Lauron a déjà remporté deux Listeds, c’était avec So Long Malpic (Fairly Ransom), gagnante du Prix du Point du Jour (L), qui servait également de support au Quinté Plus, et Bamiyan (Kouroun), vainqueur du Prix Millkom (L). Appelé par des professionnels différents, aussi bien en région parisienne qu’en province, Matthias Lauron garde la tête sur les épaules : « Je suis assez serein par rapport à tout ce qui m’arrive et à la pression que peut engendrer un nouveau statut », concède-t-il.

UN ITINERAIRE ATYPIQUE

L’histoire de Matthias Lauron avec les courses a commencé ainsi : « L’oncle de mon père a été garçon de voyage, mais il s'agit de l'unique personne de ma famille ayant fait partie du milieu des courses. Un jour, alors que j’étais en classe de troisième, j’ai effectué un stage chez Thierry Lemer. Cela m’a beaucoup plu, d’autant que je voulais faire un métier proche des animaux. Je me suis donc inscrit à l’Afasec de Mont-de-Marsan. J'ai demandé à aller chez Thierry Lemer, et lui a effectué une demande de dérogation pour me prendre. » À 18 ans, Matthias Lauron est devenu professionnel après seulement deux saisons en tant que jockey et il s’apprête à écrire une nouvelle page de sa carrière.