Gde doit s’en aller !

Autres informations / 29.05.2014

Gde doit s’en aller !

Par Olivier Corbière, éleveur au haras de Nonant-le-Pin « Avoir élevé à deux ans d'intervalle, et après deux tentatives dans ma vie d'éleveur, des chevaux tels que Saônois

et Storm of Saintly, gagnants du Prix du Jockey Club et du Grand Steeple-Chase de Paris, représente pour moi un exploit que je n'aurais pas cru pouvoir réaliser un jour. En effet, mon effectif se limite à une douzaine de poulinières et ces deux champions sont issus de juments élevées par moi-même sur le haras.

C'est aussi pour moi une grande satisfaction d'avoir pu, 120 ans après la création par mon grand-père Henri Corbière du haras de Nonant-le-Pin, ajouter deux gagnants de Gr1 supplémentaires à la longue liste des gagnants de Groupes élevés dans ce haras au passé prestigieux.

Tout cela est le résultat hypothétique de beaucoup d'années de travail, de persévérance, de désillusions, de chance et enfin le sentiment que ma façon d'élever mise au point après pas mal d'observations porte ses fruits.

La rencontre fortuite avec Jeannot Andt et sa famille, qui sont devenus pour nous des amis très chers, a permis d'exploiter nos chevaux d'obstacle et de les placer chez Guillaume Macaire. Jeannot Andt est un propriétaire exemplaire et reconnaissant, sachant écouter les conseils et savourer les victoires avec tout son entourage.

Pour terminer, je veux aussi évoquer un sujet plus sombre qui nous tient mobilisés depuis sept années déjà, à savoir notre mauvais voisin GDE.

Saônois et Storm of Saintly sont arrivés à point nommé dans ce combat sans trêve que nous menons désormais avec beaucoup de renforts et d'acharnement. Ces chevaux constituent la preuve vivante, concrète, et la plus récente que notre cause est légitime et ne peut être perdue. Nonant-le-Pin et sa région sont universellement connus dans le monde pour l'élevage des chevaux de course en raison de l'excellence de son sol et de ses eaux. Ils ne sont pas destinés à absorber les déchets toxiques et imputrescibles de toute l'Europe. GDE s'est installé à Nonant avec la complicité des politiques et de certains élus indifférents au respect élémentaire de la santé de ses habitants et à la ruine du pays. Les tribunaux civils et correctionnel nous donnent raison. GDE doit donc partir et pour parodier son langage obscur, aller faire renaitre sa matière mortifère ailleurs qu'à Nonant et consacrer sa plateforme environnementale à un autre usage plus bucolique. »