Jean-paul gallorini revient sur l’affaire remember rose

Autres informations / 17.05.2014

Jean-paul gallorini revient sur l’affaire remember rose

Jean-Paul Gallorini est en procès avec France Galop, pour les conditions du départ du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) 2010, ayant entraîné la chute de Christophe Pieux alors qu’il était en selle sur Remember Rose. Il nous livre son sentiment sur cette affaire.

« France Galop élude toujours le débat de fond par un combat sur la seule compétence de la juridiction saisie, et qui se trouve aujourd’hui soumis à la Cour de Cassation. Nous irons jusqu’au bout, car, au-delà du préjudice subi par le propriétaire et l’entraîneur, notre combat est celui de la transparence et de l’objectivité que nous devons à tous les parieurs attachés à un principe absolu : la loyauté de la course dont France Galop, au premier chef, est chargée d’assurer le respect.

Il y a quatre ans, des millions de turfistes, sans lesquels le monde des courses ne serait rien, ont pu constater, en même temps que tous les professionnels des courses et les journalistes, les conditions dans lesquelles le non-respect des règles de course et l’inattention du Juge au départ, à l’occasion du lâcher des élastiques, ont gâché la grande fête de l’obstacle à raison de l’aveuglement d’un starter et ce que certains ont qualifié de « son incapacité à gérer dans l’immédiat une situation de crise » sans que les Commissaires de course ne réparent dans l’instant les errements du starter.

Puisque l’irréparable n’était plus susceptible d’être remis en cause, au moins pouvait-on attendre, dans le respect élémentaire des six millions de turfistes qui pouvaient nourrir un sentiment d’indignation, que – loin des faux-fuyants ou de la mise en cause d’un jockey qui n’était que victime – France Galop convienne que, même lorsqu’elle est lourde, l’erreur est humaine et qu’elle est reconnue.

Des années d’implication de monsieur Iten, propriétaire de Remember Rose, une vigilance de tous les instants de l’entraîneur et de tous ceux qui ont préparé Remember Rose pour le présenter au meilleur de sa forme, ont été malheureusement irrémédiablement gâchées, sans que ceux qui sont responsables de cette injustice ne se préoccupent d’en tirer les conséquences, ne serait-ce que par une juste indemnisation du préjudice subi.

Remember Rose, aux portes d’une carrière légendaire, a été irrémédiablement cassé, ainsi qu’a pu le constater Yann-Marie Porzier, son actuel entraîneur : « Physiquement, Remember Rose est magnifique, souple. Du point de vue physique et locomoteur, tout allait bien. Mais l’envie n’est plus là. Il ne pouvait plus voir la rivière des tribunes, par exemple. J’ai tout essayé avec lui, mais je pense que même les meilleurs psys du monde n’auraient pas réussi non plus. »

Au-delà de la réparation de notre préjudice, notre motivation est encore plus grande car il faut rendre justice à Remember Rose, cheval d’exception, et éviter que d’autres ne subissent les effets d’une telle catastrophe. »