La suggestion de leo powell pour lutter contre la médication aux états-unis

Autres informations / 29.06.2014

La suggestion de leo powell pour lutter contre la médication aux états-unis

Leonard Powell, entraîneur basé en Californie, a eu une idée originale pour combattre la médication aux États- Unis. Un système qui ne passe pas par la répression, mais, au contraire, par un encouragement pour les professionnels ayant fait le choix de se passer de l’usage des médicaments.

« Je suis relativement jeune et je ne peux pas vraiment dire qu’à cause de l’usage massif de médicaments les chevaux durent moins longtemps aujourd’hui que par le passé, car je ne sais pas comment les chevaux étaient entraînés et couraient jadis. Mais j’émets une suggestion qui pourrait réduire l’usage du Lasix.

Si beaucoup s’accordent à dire que son usage le jour des courses constitue un avantage (au détriment de la récupération), on peut considérer que les professionnels qui ne l’utilisent pas devraient recevoir eux aussi un avantage, pour égaliser les chances. Ainsi, les officiels des courses pourraient accorder un avantage de poids allant de 3 à 5 pounds (selon la distance) aux chevaux qui n’ont reçu aucune médication 24 heures avant la course.

Cette mesure pourrait faire réfléchir les professionnels à deux fois avant de donner automatiquement du Lasix, même à leurs débutants, et si le cheval se comporte bien ainsi, peut-être continuerait-il à courir sans Lasix. Cela pourrait aussi aider les propriétaires, entraîneurs et officiels des courses à enregistrer une ou deux courses de plus par an et par cheval, puisque ces courses sans diurétiques seront moins éprouvantes pour les chevaux. Ainsi, au moment des engagements, un propriétaire pourrait faire le choix de privilégier la carrière du cheval tout en restant compétitif. Être plus léger améliore la performance. Même les pilotes de Formule 1 ne mangent pas les jours de Grand Prix. Le fait qu’un cheval courant sans Lasix porte moins de poids qu’un cheval traité permettrait de compenser cet écart. Et cela constituerait un cercle vertueux. »