L’amérique du sud s’invite à deauville

Autres informations / 10.08.2014

L’amérique du sud s’invite à deauville

Pour la deuxième année consécutive, LARC (Latin American Racing Channel) était le sponsor du Prix Maurice de Gheest (Gr1). Argentine, Chili, Uruguay et Pérou étaient, entre autres, à l’honneur ce dimanche sur les bords de la Touques. Avant le début de la réunion, un repas typique de l’Amérique du Sud a été servi aux professionnels en lever de rideau, et le tango a fait l'objet de plusieurs démonstrations. Après le Prix Maurice de Gheest (Gr1), Horacio Espósito et Pablo Kavulakian, respectivement président et directeur de LARC, nous ont accordé une entrevue pour nous expliquer ce que représente LARC, la collaboration avec France Galop et ses objectifs.

DEAUVILLE, UNE VILLE "LIEE" A L’AMERIQUE DU SUD

Le choix de Deauville pour sponsoriser une réunion n’est pas anodin pour LARC. Horacio Espósito et Pablo Kavulakian nous ont expliqué : « Le partenariat entre LARC et France Galop a débuté en 2013 et court pour trois ans, jusqu’en 2015. Nous sommes en cours de renégociation pour poursuivre ce partenariat. Nous sponsorisons toute la réunion et c’est quelque chose qui nous plait beaucoup. À l’époque où nous parlions avec France Galop, il nous avait été proposé de sponsoriser une réunion à Chantilly, Longchamp ou Deauville. Mais, après avoir tout analysé, nous nous sommes dit qu’il serait très bien d’être partenaire d’une réunion à Deauville. C’est une ville qui est très connue en Amérique du Sud. En effet, elle a une forte relation avec l’Amérique du Sud, notamment par le biais du polo. Le climat est aussi très agréable, tout le monde est plus "relax" ici car les gens viennent aussi en vacances. L’objectif de ce partenariat est de pouvoir resserrer les relations entre l’Amérique du Sud et la France, entre les sociétés de courses, les professionnels, les jockeys, les éleveurs, la télévision, les organismes de prises de paris... France Galop nous a appuyés dans notre démarche. L’aspect important pour nous est la réciprocité entre la France et l’Amérique du Sud. »

LA QUANTITÉ DE COURSES EN FRANCE : UN ASPECT NON NÉGLIGEABLE

LARC cherche à s’étendre et à conquérir de nouveaux marchés. Il collabore déjà avec de nombreux pays européens, dont la France, et le nombre de courses disponibles chez nous est un aspect important pour l’Amérique du Sud : « En Europe, nous collaborons notamment avec la France, via le PMU, et l’Angleterre, avec le Tote anglais. Dans les pays d’Amérique du Sud, nous fonctionnons également en pari mutuel, ce qui explique notre choix. Nous souhaitons donc poursuivre notre chemin d’intégration dans le panorama des courses françaises et européennes. Nous voulons transmettre plus de courses et en recevoir également. Pour nos parieurs, ce qui est important, c’est la quantité de courses disponibles en France, il y en a beaucoup plus que dans les autres pays d’Europe. »

UNE DIFFUSION MONDIALE

Progressivement, LARC a proposé les courses sud-américaines à plusieurs pays et cherche à se développer via l’Australie : « LARC diffuse les courses sud-américaines dans de nombreux pays : les États-Unis, auxquels nous fournissons environ 30.000 épreuves par an, l'Angleterre, la France, grâce à laquelle nous pouvons diffuser nos courses à d’autres pays d’Europe, comme l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne. Nous travaillons aussi avec l’Australie, qui pourrait être notre porte d’entrée vers l’Asie. Mais le problème de l’Asie reste le décalage horaire qui n’est pas en notre faveur. Actuellement, Singapour reçoit notre signal et nous sommes en discussion avec le Japon. »

UNE FAVORITE NOMMEE THAWAANY

Horacio Espósito nous a fait part de son point de vue sur le Prix Maurice de Gheest, dans lequel il avait une nette préférence : « C’était une belle course. C’est dommage, ma favorite Thawaany (Tamayuz) a terminé deuxième. Mais le vainqueur, Garswood (Dutch Art) est un cheval très dur. »