Les entraineurs americains s’unissent contre la medication

Autres informations / 02.08.2014

Les entraineurs americains s’unissent contre la medication

Un groupe de vingt-cinq entraîneurs américains s’est uni pour proposer un plan de réforme des règles de médication. Ce plan a pour objectif d’éliminer progressivement la médication des courses, et cela dès 2015, où les 2ans devront courir propres.

Cela sera étendu aux chevaux d’âge dès 2016. Ce groupe s’est par ailleurs affirmé solidaire du Racing Medication and Testing Consortium, destiné à contrôler l’usage des médicaments sur les chevaux de course.

Parmi ces entraîneurs, on retrouve notamment D. Wayne Lukas, qui a expliqué : « Nous estimons qu’il est temps de prendre des décisions actives concernant l’utilisation de la médication les jours de course. Les courses américaines ont toujours été un leader mondial, et il est temps de restaurer

la confiance envers notre sport et nos standards internationaux. » Les entraîneurs sont : D. Wayne Lukas, Shug McGaughey, Todd Pletcher, Thomas Albertrani, Roger Attfield; Christophe Clément; Jose Corrales, David Donk, Neil D. Drysdale, Jeremiah C. Englehart, Eoin Harty; Neil Howard; Michael E. Hushion, D. Wayne Lukas, Richard E. Mandella, Claude R. McGaughey III, Kiaran P. McLaughlin, Kenneth G. McPeek, H. Graham Motion, William I. Mott; Todd A. Pletcher, Kathy Ritvo, Jonathan E. Sheppard, Albert M. Stall, Jr., Dallas Stewart, Barclay Tagg, William Van Meter et George Weaver.

La PETA a apporté son soutien à cette initiative, demandant aux entraîneurs signataires de montrer l’exemple et « de renvoyer le Lasix là où il "appartient" : à la poubelle.

LE COMITE DU BREEDERS’ CUP APPLAUDIT

Le Comité du Breeders’ Cup a annoncé son soutien à cette initiative des entraîneurs américains, via son Président Craig Fravel : « Au nom du conseil d’administration du Breeders’ Cup, nous souhaitons reconnaître et applaudir le courage des entraîneurs qui ont récemment affirmé leur soutien à une élimination graduelle de la médication les jours de course aux États-Unis. Le Breeders’ Cup a depuis longtemps soutenu les politiques visant à mettre les États- Unis sur la même longueur d’onde que les grandes instances hippiques internationales, et nous apportons tout notre soutien à ces entraîneurs. (...) Nous attendons avec impatience de prendre part à cette initiative afin de créer un plan fonctionnel avec les autres acteurs de l’industrie, y compris les entraîneurs signataires, qui sont depuis longtemps de grands supporters du Breeders’ Cup. »

... LE NEW YORK THOROUGHBRED HORSEMEN’S ASSOCIATION DENONCE UN RETOUR EN ARRIERE

Le New York Thoroughbred Horsemen’s Association (NYTHA), chargé de représenter les intérêts d’entraîneurs et de propriétaires, a quant à lui réagi de manière très violente à cette annonce, via son président Rick Violette Jr. : « La position du NYTHA n’a pas évolué. La science n’a pas changé. Les chevaux n’ont pas changé. La plupart des chevaux souffrent d’hémorragies pulmonaires, et le Lasix reste le seul traitement scientifique prouvé et efficace que nous avons pour les protéger. Une interdiction du Lasix n’est bonne ni pour les chevaux, ni pour les entraîneurs, ni pour les joueurs. Forcer les entraîneurs à utiliser des traitements archaïques pour soigner les chevaux qui saignent n’est pas un progrès, que ce soit par la pratique barbare les empêchant de boire pendant vingt-quatre à quarante-huit heures ou par des méthodes homéopathiques discutables. En l’absence d’une alternative scientifique et raisonnée pour soigner les chevaux souffrant de saignements, le NYTHA se prononce avec véhémence contre toute interdiction du Lasix. »