Les premiers produits élevés et vendus au haras arrivent en piste

Autres informations / 08.08.2014

Les premiers produits élevés et vendus au haras arrivent en piste

Le haras de l’Hôtellerie est un tout jeune haras, qui a présenté ses premiers yearlings à la vente d’août d’Arqana en 2012. Ils en avaient sept cette année-là, six en 2013 et six encore cette année. En 2013, le haras de l’Hôtellerie s’est distingué avec deux lots vendus à plus de 400.000 euros. Guillaume Garçon est revenu avec nous sur deux yearlings en particulier, élevés et passés sur le ring l’an dernier. « Deux yearlings m’ont particulièrement marqué : le mâle par Dubawi et Pennegale et une pouliche par Lope de Vega et Truth Beauty. Le premier n’est pas encore nommé et devait normalement partir à l’antenne de Newmarket de Mike de Kock, après avoir été acheté par Form Bloodstock. La pouliche a été achetée par David Redvers pour Qatar Racing. Elle est à l’entraînement chez Richard Hannon et s’appelle Light Glass. »

UNE 2ANS CHEZ RICHARD HANNON POUR QATAR RACING

La pouliche par Lope de Vega a été achetée 105.000 euros et est issue de Truth Beauty (Dubai Destination), soit une souche maternelle Darley. Sa troisième mère n’est autre qu’Helen Street, gagnante des Irish Oaks (Gr1), mère de Street Cry (Machiavellian) et grand-mère de Shamardal (Giant’s Causeway). Elle appartient à la première production de Lope de Vega, qui a séduit les acheteurs et les vendeurs. « Light Glass était une belle et grande pouliche. Elle avait, de plus, un bon caractère, donc tout pour plaire. Comme Lope de Vega, elle avait de la taille, très aérienne, avec une grande action : bien faite. Elle était élevée pour le compte de SF Bloodstock qui, depuis, a envoyé sa mère aux États-Unis », a expliqué Guillaume Garçon.

Light Glass a rejoint l’entraînement de Richard Hannon, dont les 2ans ne cessent de s’illustrer au meilleur niveau en 2014, dans la continuité de ce qu’avait réussi son père, Richard Hannon Sr. « Elle ne devrait pas tarder à débuter et se comporte très bien à l'entraînement, donc nous avons beaucoup d’espoirs avec elle. »

UN FRERE DE LILY OF THE VALLEY

Vendu 450.000 euros, le yearling par Dubawi et Pennegale (Pennekamp) est le deuxième top price pour un yearling présenté par le haras de l’Hôtellerie. Il appartient à une très belle famille, étant un frère de Lily of the Valley?(Galileo), exportée depuis comme poulinière chez Shadai Farm, où son foal par Galileo avait réalisé le troisième top price lors de la vente de sélection de la JRHA, en 2013. « Le mâle par Dubawi, qui a été élevé ici, est le petit frère de Lily of the Valley, dont nous prenons des nouvelles. Nous

suivons la famille, qui est bien vivante actuellement. Nous savons aussi que Happy Holly (Holy Roman Emperor), sa sœur, a un magnifique foal mâle par Rip Van Winkle. » Physiquement, il se démarquait de l’autre yearling ayant marqué Guillaume Garçon, une pouliche par Lope de Vega. « Lui était plutôt petit et râblé, et il se démarquait parce qu’il se déplaçait très bien. Il était puissant, vite en jambe. Sa mère a, depuis, eu un yearling par Acclamation, son propriétaire ayant décidé de ramener de la vitesse dans la famille. » Ce yearling passera sur le ring d’Arqana et portera le numéro 170.

UN HARAS ENCORE EN PLEIN DEVELOPPEMENT

Tout jeune haras, le haras de l’Hôtellerie est encore en pleine évolution. « La première année, nous avions quarante chevaux sur le domaine. Actuellement, nous en avons une centaine. Nous sommes de plus en plus sollicités au niveau de la jumenterie et de la préparation des yearlings aux ventes. De ce fait, le haras a évolué. »

La famille Garçon a tout bâti de ce haras de l’Hôtellerie, qui était auparavant une ancienne ferme, et dont l’aménagement se poursuit. « Nous avons tout aménagé de A à Z. Le haras continue de s’agrandir, au niveau du terrain, et nous avons construit de nouveaux boxes. Pour l’instant, nous sommes au maximum, mais nous avons encore de nouveaux projets d’agrandissement. Nous améliorons toujours le haras, côté installations. Nous avons aussi beaucoup travaillé pour améliorer la qualité du terrain. Notre méthode de travail des yearlings pour les ventes a aussi évolué. Chaque programme est, bien sûr, établi en fonction des yearlings, le but étant de les amener au "top" au niveau mental et physique. J’ai passé mon apprentissage à Fresnay-le-Buffard, fait des préparations ventes aux Monceaux, Reboursière et Montaigu, deux ans en Irlande, un an aux États-Unis et un an en Australie. »