L’histoire de lucky harry, le champion de martinique

Autres informations / 18.08.2014

L’histoire de lucky harry, le champion de martinique

José Delmotte, propriétaire du haras d’Haspel, nous a raconté l’histoire de son élève Lucky Harry (Equerry), bon cheval de Quinté en France, devenu champion en Martinique. « J’avais acheté sa mère, Adulaire (Highest Honor), parce que j’avais son frère Adelphos (Kendor). Highest Honor est de plus un très bon père de mère. J’ai vendu Lucky Harry, yearling, à Arqana. Il a été acheté pas très cher par Alexandre Fracas, pour lequel il a gagné une "F" et un Quinté. Ensuite, son entraîneur a cru qu’il avait un problème à un pied, donc il l’a fait courir "à réclamer", et Cédric Boutin l’a acheté. De nouveau, il a gagné un Quinté pour son nouvel entraîneur, mais comme il était "barré" dans les handicaps, il a couru "à réclamer", et il a été acheté par Jean-Claude Lung-Fou-Afau, propriétaire et entraîneur. Il s’est ensuite envolé pour la Martinique, où il est devenu le chef. »

Lucky Harry a couru à 23 reprises en Martinique, décrochant 11 victoires et de multiples places. Il reste d’ailleurs sur une victoire, le dimanche 10 août, dans le Grand Prix de la Ville du Lamentin.

Sa famille continue de prospérer au haras d’Haspel : « J’ai encore sa mère, et deux de ses sœurs. La première n’avait pas pu courir, après un souci quand elle était foal où elle s'était pris un coup ; la deuxième a montré un problème à un boulet à l’entraînement, et nous avons préféré la mettre à l’élevage. La mère de Lucky Harry a un somptueux yearling par Creachadoir qui passe à La Teste. Et j’utilise son oncle, Adelphos, comme étalon. Il a sailli cinq ou six de mes juments. C’était un super cheval en course, qui a notamment battu Spirit One. »