Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Un match international

Autres informations / 23.08.2014

Un match international

Le Darley Prix Morny (Gr1) 2014 sera fidèle à sa "légende", avec un lot de qualité et très international. Ainsi, un anglais, The Wow Signal (Starspangledbanner), un américain, Hootenanny (Quatity Road) et un espagnol, Quevedo (Diktat), vont défier six chevaux entraînés en France. Il faut bien le reconnaître : sur le papier, nos français vont avoir du mal à garder le premier Gr1 pour 2ans disputé dans l’Hexagone. D’ailleurs, depuis 2000, seulement trois tricolores ont gagné le Prix Morny, ce qui situe le défi qui attend nos représentants. Ces trois chevaux français ont pour nom Dabirsim, Divine Proportions et Whipper, rien que cela ! A priori, il n’y aura pas, parmi les français, de chevaux de ce calibre dans ce Gr1. Sur le papier, c’est donc The Wow Signal et Hootenanny qui semblent devoir lutter pour la victoire.

THE WOW SIGNAL, POUR L’ECLECTIQUE JOHN QUINN

The Wow Signal est entraîné par John Quinn, un homme qui s’est notamment fait connaître grâce à ses sauteurs. Il a enlevé le Triumph Hurdle (Gr1) 2012 avec Countrywide Flame et sera au départ d’une des meilleures épreuves au monde pour les 2ans ce dimanche. Lauréat autoritaire des Coventry Stakes (Gr2) à Royal Ascot, la plus belle course pour la jeune génération du meeting, The Wow Signal est invaincu en deux sorties et fait tout ce qu’on lui demande. Selon son mentor, The Wow Signal pourra faire 1.400 et même 1.600m à l’avenir. En débutant, il n’a pas été gêné par une piste souple et tous les feux sont donc au vert.

HOOTENANNY, UN AN APRES NO NAY NEVER

En 2013, No Nay Never réalisait un exploit inédit. Il était devenu le premier cheval entraîné aux États-Unis à gagner un Gr1 en France : le Prix Morny. Il venait d’enlever les Norfolk Stakes (Gr2) et défendait les intérêts de Coolmore. Un an plus tard, c’est son compagnon d’entraînement, Hootenanny, lequel défend également les couleurs de Coolmore, qui se présentera dans le Prix Morny. Lui aussi reste sur un succès convaincant à Royal Ascot, dans les Windsor Castle Stakes (L). Doté d’un physique différent de celui de No Nay Never, car moins trapu et puissant que ce dernier, Hootenanny est en effet plus long, tout en étant, évidemment, bien développé. Son entraîneur, Wesley Ward, est apparu très confiant dans nos colonnes [cf. édition du 23 août, ndlr] et il le pense aussi bon que No Nay Never. Le seul doute concernera la distance, puisqu’il n’a jamais dépassé le kilomètre. De plus, son jockey, Leandro Goncalves, n’a jamais monté en France. Mais, au regard du chrono qu’il a réalisé à Royal Ascot (59’’05), on est obligé de lui voir une très bonne chance.

QUEVEDO, POUR L’ESPAGNE

Sur le papier, Quevedo a une chance moindre pour la victoire que The Wow Signal et Hootenanny, et devrait plutôt viser les places. Le pensionnaire d’Ana Imaz Ceca a débuté dans les épreuves "à réclamer". Pour sa deuxième sortie dans cette catégorie, il s’est baladé. Il a ensuite remporté sa "D" et vient de conclure deuxième du Prix Roland de Chambure (L), étant battu de peu. Raccourci cette fois, il serait avantagé par une piste souple qui, de plus, rallongerait la distance.

Bien que représentant un entraînement ibérique, il n’a jamais couru chez lui. Son mentor a confié dans les colonnes de A Galopar : « Quevedo a travaillé comme un très bon cheval, le vendredi 15 août. Le Prix Morny est une course très relevée, mais je n’ai jamais eu un cheval qui a progressé aussi vite, en si peu de temps... »

ERVEDYA EMMENE LA DELEGATION FRANÇAISE

Lauréate de bout en bout du Prix de Cabourg Jockey Club de Turquie (Gr3), Ervedya (Siyouni) se présentera invaincue en trois courses. À chaque fois, la protégée de Jean- Claude Rouget a repoussé ses limites et elle emmènera la délégation française dans cette compétition. Si le terrain n’est pas trop souple, elle peut aller loin et faire galoper les étrangers.

Poulain qui possède du métier, Goken (Kendargent) a lui aussi enlevé un Groupe, le Prix du Bois (Gr3), dans un très bon style. Il ne faut pas tenir compte de sa quatrième place dans le Prix Robert Papin (Gr2), où le déroulement de la course n’a pas été en sa faveur. Il est capable de se racheter avec brio.

Séduisant lauréat pour ses premiers pas, au mois de juillet, Ride Like the Wind (Lope de Vega) a terminé seulement quatrième du Prix de Cabourg. Mais, à sa décharge, il a dû changer de ligne à plusieurs reprises, avant de revenir bien finir.

S’il a un parcours plus limpide, il est en mesure de jouer un tout premier rôle et peut même être la révélation de la course.

Seulement troisième du Prix Six Perfections (L), Malicieuse (Galileo) visera surtout une place en revenant sur 1.200m, à l’image de Lehaim (Siyouni), un bon finisseur, et Power of the Moon (Acclamation), qui court rapprochée et sera bien mieux sur 1.200m.