La corniche s’exporte dans l’ouest

Autres informations / 21.09.2014

La corniche s’exporte dans l’ouest

La Corniche (Naaqoos) est venue tout à la fin dominer Whole Lotta Love (Vespone), qui semblait avoir fait le plus difficile, dans le Prix Yves Lalleman (D). La pouliche de Philippe Augier a longtemps attendu au milieu du peloton, avant de placer une accélération décisive, d’autant plus que sa rivale la plus dangereuse, Whole Lotta Love, a eu tendance à pencher dans la phase finale. La Corniche restait sur un succès à La Teste-de-Buch, après avoir débuté cinquième dans le Prix des Sirènes (G), l’un des bons maidens testerins. Jean-Bernard Eyquem a confié au micro d’Equidia : « Elle fait un "truc" aujourd’hui, car la pouliche de Yann Barberot avait pris beaucoup de champ. Il lui a fallu beaucoup de cœur et une vraie accélération pour aller la chercher. Le rythme soutenu de la course l’a servie. »

UNE NIECE DE COMETE

La Corniche avait été achetée par Jean-Claude Rouget pour 40.000 euros aux ventes Osarus de La Teste-de-Buch, en septembre 2013. Elle porte d’ailleurs le nom du célèbre hôtel du Pyla. Elle était présentée par le haras du Mâ. C’est le premier produit de sa mère, Mademoisellechichi (Chichicastenango), qui n’a pas couru. C’est en revanche une sœur de la bonne Comète (Jeune Homme), gagnante du Prix du Pin (Gr3) et mère de Chica Loca (American Post), lauréate de Listed en Allemagne et deuxième du Prix Eclipse (Gr3).