Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Invincible spirit la tête qui change tout

Autres informations / 28.10.2014

Invincible spirit la tête qui change tout

L’histoire du pur-sang s’écrit avec de courtes têtes... Si Invincible Spirit n’avait pas battu de très peu – et à la cote de 25/1 – Malhub dans le Haydock Sprint Cup (Gr1) en 2002, il ne serait pas rentré à 5ans à l’Irish National Stud. Il ne serait pas non plus devenu un étalon capable de tracer, en donnant Kingman et Charm Spirit, les deux meilleurs milers de la saison en Europe.

Avant son succès dans le Haydock Sprint Cup, Invincible Spirit avait déjà fait preuve de talent. Mais il n’était alors qu’un bon cheval de vitesse, lauréat de deux Grs3, avec un pedigree très intéressant (Green Desert et la lauréate du Prix de Diane Rafha). Il aurait pu trouver une place comme étalon, bien sûr, mais pas à l’"Irish National" et avec un bon carnet de bal de surcroît. Après sa victoire de Gr1, l’Irish National Stud finalisait donc l’achat et pouvait démarrer la syndication d’Invincible Spirit. L’Irish National Stud a conservé 24 des 45 parts dans ce qui est devenu une très bonne affaire pour tous ceux qui ont acheté une part au prix de 72.000 euros. Invincible Spirit a débuté à un prix de saillie de 10.000 euros et ses premiers yearlings ne furent pas accueillis de façon très enthousiaste aux ventes en 2005. Le prix moyen de ses premiers 62 poulains adjugés ne fut que de 22.531 guinées, ce qui est correct mais pas exceptionnel.

Douze mois après, en 2006, le verdict de la piste tombait : Invincible Spirit était bel et bien le champion des étalons débutants, avec un record (égalé quatre ans après par Iffraaj) de 35 gagnants. Un départ "canon" et, en 2007, le prix de la saillie montait à 35.000 euros.

Après la saison 2007, la cote d’Invincible Spirit montait en flèche. Un potentiel acheteur américain fit un pas en arrière parce que l’Irish National Stud voulait garder le contrôle de l’étalon. Dans le même temps, des porteurs de parts voulaient monétiser leur investissement.

Il fallait trouver une solution. Invincible Spirit fut donc syndiqué de nouveau, mais en 90 parts, tous les anciens porteurs ayant droit à deux parts. Le cheikh Mohammed Al Maktoum en acheta 24, pour une somme estimée à 15 millions d’euros. Les associés de la première heure ont presque tous décidé de garder une part et de vendre la deuxième, avec un profit de 800 %. Un vrai miracle, avec la démonstration que le public et le privé peuvent marcher ensemble. À la suite de la nouvelle syndication, le prix de la saillie d’Invincible Spirit fut augmenté à 75.000 euros en 2008. L’étalon avait des statistiques remarquables, mais un seul gagnant de Gr1 (Lawman). Son prix fut donc corrigé à la baisse : 50.000 euros en 2009 et 45.000 euros en 2010, avant de remonter à 70.000 euros en 2014.

Kingman et Charm Spirit ont été conçus en 2010, au prix de 45.000 euros. On a déjà beaucoup parlé du champion entraîné par Freddy Head, mais il est amusant de découvrir qu’Invincible Spirit n’avait presque jamais été utilisé par le prince Abdullah avant qu’il lui envoie Zenda, la mère de Kingman. Il ne l’a plus utilisé ensuite. Coup d’essai, coup de maître !

La raison du croisement qui a donné Kingman est très simple : le prince voulait le "speed" de la lignée Green Desert pour Zenda, mais il ne pouvait pas utiliser son étalon Oasis Dream. Pourquoi ? Parce que celui-ci est le demi-frère de Zenda !

Il faut quand même tenir compte du fait qu’en mars 2010, quand Invincible Spirit a sailli Zenda et L’Enjôleuse, le cheval avait donné deux autres gagnants de Gr1, Fleeting Spirit et Vale of York, qui ont suivi Lawman, devenu étalon à son tour en 2008.

Invincible Spirit a toujours eu de très bonnes statistiques, mais sans Kingman et Charm Spirit, qui sont nés (incroyable !) le même jour, le 26 février 2011, on parlerait de lui comme d’un très bon étalon, mais pas d’un super sire. Il a donné 40 gagnants de Groupe en neuf saisons, dont les 2ans Alea Iacta, Citron Spirit, High Celebrity et Local Time. Le sire n’a jamais connu d’année creuse, son minimum étant de trois gagnants de Groupe dans une génération.

Invincible Spirit n’est pas encore devenu le meilleur fils de Green Desert. Il laisse ce titre à Cape Cross, père de 46 gagnants de Groupe (dont Sea the Stars et Ouija board) en douze générations, suivi par Oasis Dream (44 gagnants en huit générations). Invincible Spirit est troisième. Pourquoi faut-il célébrer Invincible Spirit comme un étalon de tout premier plan ? Il a quelque chose en moins que ses demi-frères paternels, mais aussi une chose en plus : sa production est très marquée par la vitesse. Parmi ses gagnants de Groupe, seul Lawman – avec la bénédiction d’un Dettori très inspiré, Vale of York (sur la P.S.F. et avec deux courbes), Speaking of Which (en Amérique) et Allied powers ont réussi à s’imposer au-delà de 1.600m.

Tous les autres ont été des chevaux de vitesse, dont un (Moonlight Cloud) capable de tenir le mile grâce à sa grande classe.

Invincible Spirit n’a que 17ans et on parle déjà de lui comme d’un père d’étalons : trois de ses fils (Lawman, Vale of York et Zebedee) ont déjà produit des gagnants de Groupe. Il a aussi un petit-fils déjà étalon (Most Improved), et bientôt on pourra le juger comme père de mères. L’analyse de sa production est assez intéressante. Il a donné des gagnants de Groupe avec des poulinières filles de 36 étalons différents. Les filles de Machiavellian (3), Indian Ridge (3) et Gulch (2) sont celles qui ont produit plus d’un gagnant de Groupe.

Un étalon porte le sang de ce grand sire en France. En effet, son fils Captain Marvelous (Invincible Spirit) fait la monte au haras de Saint-Arnoult. Il est le père de Captain Courageous, lauréat du Queen Elizabeth II Cup (Gr3).

Cette fameuse courte tête sur le poteau de Haydock a vraiment changé beaucoup de choses !