L’hippodrome de cagnes parie sur la mutualisation des infrastructures

Autres informations / 14.10.2014

L’hippodrome de cagnes parie sur la mutualisation des infrastructures

Du 8 au 19 octobre, l’hippodrome de Cagnes-sur-Mer accueille

un concours international de saut d’obstacle. Tout au long de ces dix journées

de compétition, amateurs et professionnels vont concourir dans les épreuves de

ce CSI**. François Forcioli Conti, président de la Société des courses de la

Côte d’Azur, nous a expliqué : « Je pense que la famille cheval est trop

séparée. Cette séparation est une grande perte pour la filière. Chaque

discipline devrait participer à la vitalité de l’ensemble. Il ne faut pas oublier

que la Fédération Française d’Équitation est la troisième fédération sportive

en France. L’hippodrome de Cagnes-sur-Mer accueille ce genre de manifestation

dans les installations utilisées par les professionnels des courses lors des

meetings. La qualité des boxes et des logements est très appréciée par les

compétiteurs. Le concours international se déroule sur trois carrières au

centre de l’hippodrome, dont une qui dépasse l’hectare. Le sol est de type

"bord sol", une surface qui fait référence dans le milieu des sports

équestres. »

 

Après une première mouture à 1.200 engagés, le concours

international qui se déroule en ce moment est passé à 500 chevaux et 200

cavaliers pour améliorer la fluidité des épreuves. Ce succès en termes de

fréquentation est également dû à la situation géographique du concours.

François Forcioli Conti nous a confié :« Les cavaliers abordent aussi cette

compétition comme un séjour sur la Côte d’Azur. Outre le confort des boxes et

logements de l’hippodrome, ils apprécient d’être en ville. C’est très pratique

pour eux. Par ailleurs la proximité de l’Italie et de la Suisse, où sont basés

de nombreux compétiteurs, est indéniablement un atout.

 

Nous réfléchissons à une diversification vers le concours

complet et le dressage. Les compétitions sont organisées par Cagnes Equi

Events.»

 

De l’utilisation des espaces hippiques en dehors des courses

Dans un contexte de pression immobilière dans les zones

urbaines, l’utilisation des espaces réservés à la filière hippique en dehors

des courses est un sujet important. La diversification de l’utilisation des

hippodromes participe à la légitimation de leur existence.

François Forcioli Conti nous a précisé : « Depuis quinze

ans, les activités hors courses se sont beaucoup développées sur l’hippodrome

de Cagnes-sur-Mer. Il accueille une petite dizaine d’évènements de type foires

et salons, mais également, comme en ce moment, des compétitions équestres. Sur

les 300.000 visiteurs annuels de la structure, 120.000 sont liés aux courses

hippiques. Ces utilisations extra-hippiques de l’espace sont un surplus

d’activité pour la structure. Cela nécessite de la disponibilité car

l’évènementiel implique des contraintes. Mais c’est aussi une source de

recette. La mutualisation des infrastructures des hippodromes vient asseoir la

légitimité de ces derniers. La cohabitation entre les trotteurs, qui occupent

les lieux en dehors des meetings, et les sports équestres se passe très bien.

C’est un exemple réussi d’utilisation de l’espace au centre d’une piste. Cela

apporte aussi un nouveau public qui peut revenir pour les courses, et pourquoi

pas parier. »

Pour plus d’information, cliquez

http://cagnes-equi-events.com/