Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Frankel... mais pas seulement !

Autres informations / 22.11.2014

Frankel... mais pas seulement !

Premier rendez-vous européen sur le segment des foals, la vente de Goffs, qui s’est achevée jeudi avec le passage très médiatique des premiers produits de Frankel sur un ring européen (ce qui n’est pas sans rappeler 2011 et les premiers produits de Sea the Stars), permet de tirer des enseignements sur la santé du marché du pur-sang en général.

LA CONFIANCE DES ACHETEURS

Les grands indicateurs de ces quatre journées de vente livrent un verdict sans appel. 85 % des foals présentés ont changé de main, le prix médian progresse de 29 % alors que le volume d’affaires et le prix moyen, boostés par le top price à 1.800.000 €, affichent respectivement des hausses de 52 et 41 %. Cette année, les grandes ventes de yearlings en Europe ont affiché des hausses de leur chiffre d’affaires comprises en 10 et 17 %. Ces chiffres ont logiquement donné confiance aux acteurs, qu’ils achètent des foals pour les revendre yearlings en 2015, pour les exploiter en compétition, ou bien, s’il s’agit de femelles, pour renouveler leur stock de poulinières. Les résultats de Goffs ne sont donc pas surprenants dans le contexte actuel. L’évolution de cette vente depuis 2009 montre que l’effet Frankel ne peut pas résumer à lui seul les fortes hausses enregistrées. Les premiers foals de Sea the Stars avaient eux-mêmes dopé le marché en 2011, mais pas dans la même mesure.

Il faut donc voir dans cette hausse une spéculation sur ce que sera le marché du pur-sang dans quelques mois...

QUI SONT LES JEUNES ÉTALONS EN VOGUE ?

Les ventes de foals permettent aussi d’évaluer la cote des étalons de première production. Ils étaient nombreux dans ce cas à Goffs. Si Frankel reste la star incontestée des sires européens, d’autres pères ont fait des débuts remarqués sur le ring. Excelebration réalise l’excellente moyenne de 111.000 € (pour un prix de saillie de 22.500 €). Nathaniel affiche un prix moyen de ses foals de 93.000 €, lui qui faisait la monte à 20.000 guinées en 2013. Born to Sea, proposé à 10.000 €, fait afficher 48.395 € de moyenne. Casamento réalise une jolie culbute : ses foals, conçus au prix de 5.000 €, se sont vendus à 32.571 € de moyenne. Requinto suit la même tendance : une moyenne de 31.966 € pour un prix de saillie de 5.000 €. Dragon Pulse, pour un prix de saillie de 6.000 €, réalise une moyenne chez Goffs de 26.227 €. Power, enfin, affiche un prix moyen de 23.852 €, avec un prix de saillie de 12.500 €. Sir Prancaleot fait encore mieux à Goffs, avec une moyenne proche de 27.000 €, pour un prix de saillie de 6.000 €.

DEUX ACHETEURS FRANÇAIS SE PARTAGENT LA VEDETTE AVEC FRANKEL !

Jeudi, pour le dernier jour de la vente, deux acheteurs français se sont distingués en intervenant sur le haut du marché. Robert Nataf (Horse France) a signé le bon pour le deuxième top price de la vente. À 520.000 €, il a acheté le lot 826, une pouliche issue de Galileo et Wana Doo (Grand Slam), la mère de Toronado (High Chaparral). Toronado a été élevé par le frère de Robert, Paul Nataf. Robert Nataf a déclaré agir pour un client irlandais de longue date, et la pouliche pourrait passer en vente lors de la prochaine vente d’août Arqana, même si cela reste à confirmer. Nicolas de Chambure, directeur du haras d’Etreham, est quant à lui monté jusqu’à 300.000 € pour emporter le lot 917, une fille de Lope de Vega et de Inchmahome (Galileo), la mère de Vénus de Milo (Duke of Marmalade), gagnante de deux Grs3 et plusieurs fois placée de Gr1. L’avenir de la pouliche n’est pas encore arrêté : elle pourrait rester à Etreham mais une inscription en août à Arqana n’est pas complètement écartée. Nicolas de Chambure a acheté trois autres lots, issus de jeunes étalons en vue : Kodiac, Showcasing et Requinto. D’autres professionnels français ont acheté lors de cette vente : Ghislain Bozo (Meridian International) et Tina Rau.