Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Illusion sauvage dans les traces de sa mère

Autres informations / 11.11.2014

Illusion sauvage dans les traces de sa mère

Avec treize partants, le Grand National des Anglo-Arabes à 12,5 % est l’épreuve la plus fournie de la réunion de mardi à Toulouse, hors handicaps. Cette course est le dernier grand rendez vous de la saison pour les anglo-arabes à 12,5 % de sang arabe en plat.

Illusion Sauvage (Solid Illusion) est en forme cet automne. Après quatre deuxièmes places en début de saison, il a passé un cap et décroché dans le Grand Prix des Anglo- Arabes sa première victoire de l’année. Le représentant de William Bates dominait à cette occasion pour la deuxième fois First du Pecos (Nombre Premier), son principal rival du premier semestre 2014. Après ce succès acquis à la lutte en bon terrain à Longchamp, il s’est envolé dans le Prix Jean Laborde à Tarbes. L’élève de Yan de Kersabiec s’est alors imposé de six longueurs en terrain souple sur la piste sélective de Tarbes. Dans le Grand National qui réussit bien aux mâles de 4ans et plus, Illusion Sauvage est le favori logique. Laghouat du Barp (Faalem), la mère d’Illusion Sauvage, a remporté deux fois le Grand National à la fin des années 90.

Hindilaya (Jebeland Pontadour) reste sur une victoire dans le Criterium d'Auvergne des Anglo-Arabes. Mi-juillet, l’élève de Didier Clos s’est imposée plaisamment devant Illusion Sauvage. À Vichy, la pensionnaire de Philippe Boisgontier avait trouvé le terrain souple dans lequel elle se montre sou-

vent performante. C’est dans ces conditions qu’elle a rem- porté coup sur coup en 2014, l’Omnium de sept longueurs et le Critérium d’Auvergne. Si elle trouve un terrain à sa convenance mardi à Toulouse, elle peut faire parler sa fraîcheur après presque quatre mois sans compétition. Hindi (Big John), la mère d’Hindilaya, a elle-même gagné le Grand National de neuf longueurs.

Stella de l’Abbaye (Traditionally) ne doit pas être condamnée sur sa sixième place dans le Grand Prix des Pouliches à Tarbes. Dans un lot relevé, elle a beaucoup tiré et n’a pas produit sa vraie valeur. Cette pouliche de 3ans a montré des moyens au-dessus du lot cette saison. La représentante de Jean-Charles Escalé, Yannick Boutin et Thierry de Laurière peut créer la surprise à Toulouse si elle se tempère.

Badj Pontadour (Iris de la Brunie) est "sur la montante". Il s’est classé deuxième du Prix du Ministère de l’Agriculture, mi-octobre à Tarbes. Son entourage l’a supplémenté pour prendre part à cette épreuve.