La casaque hakam à l’honneur

Autres informations / 24.11.2014

La casaque hakam à l’honneur

Malgré son courage, la 2ans française Qoosine (Naaqoos) n’a rien pu faire face à aegon (Teofilo). Venue à l’extérieur dans la ligne droite, Qoosine s’est montrée accrocheuse pour obtenir la deuxième place. Mais, devant elle, Aegon a fait preuve d’une nette supériorité pour enlever ce Critérium des 2ans. Aegon défend les couleurs de l’Écurie Zakaria Hakam, qui est gérée par madame Mouna Benjelloune. C’est elle qui, cette année, a choisi à Newmarket ce fils de Teofilo, neveu d’Incanto Dream (Galileo). Aegon était passé en vente yearling, à Deauville, où il avait été acheté 62.000 euros par Crispin de Moubray et, cette année, en octobre, toujours à Arqana, le petit frère d’Aegon, par Lope de Vega, a été acheté 270.000 euros par Bertrand Le Metayer.

Après le succès d’Aegon, Mouna Benjelloune nous a raconté : « Aegon avait des shines. Il possède un très bon pedigree et nous l’avons laissé tranquille en début d’année. S’il a la qualité en rapport, il pourrait tenter sa chance en Europe. Sa saison de 2ans s’arrête ici, dans cette finale pour les 2ans. » Pierric Rouxel, du haras de Maulepaire, était également présent et a ajouté : « Ce cheval a été acheté pour venir courir au Maroc. Le niveau des courses augmente rapidement ici, avec de nouveaux propriétaires qui investissent. Pour rester compétitif, il faut investir dans des chevaux bien nés et bien sélectionnés comme l’est Aegon. Madame Mouna Benjelloune gère les intérêts hippiques des héritiers Hakam. Elle a la passion des courses, comme l’avait son mari. Elle a choisi de continuer d’investir au Maroc et en France. Cette écurie a actuellement des juments au haras de Maulepaire et deux chevaux à l’entraînement chez Jean-Pierre Totain, dont Kerchera, et trois jeunes chevaux chez la famille Botti, à Chantilly. » Sur la foi de sa démonstration, Aegon peut tout à fait devenir le meilleur 3ans marocain l’an prochain. Quant à la pensionnaire de Rodolphe Collet, Qoosine, elle va poursuivre sa carrière au Maroc. Un peu plus tard, la casaque de l’Écurie Zacharia Hakam a de nouveau brillé par l’intermédiaire de Dynzack (Mon Ali). Ce 5ans a gagné le Prix Abarchane réservé aux nés et élevés au Maroc de bout en bout, sans connaître d’opposition. Dynzack est un fils de Mon Ali, étalon qui appartient à l’Écurie Zacharia Hakam.