à l'assemblée générale de l'association des propriétaires de l'ouest (apgo)

Autres informations / 16.12.2014

à l'assemblée générale de l'association des propriétaires de l'ouest (apgo)

L’A.G. de l’Apgo s'est tenue le dimanche 9 novembre sur l'hippodrome de Nantes en présence notamment de Patrick Fellous, président du Syndicat national des propriétaires, et de Loïc Malivet, président du Syndicat national des éleveurs. Gérard Nicol a ouvert la séance en remerciant toutes les personnes présentes.

Il a ensuite exposé le rapport d'activité de l'Apgo puis a félicité tous les propriétaires adhérents ayant gagné des Quintés, des Listeds et des courses de Groupe en 2014 en précisant qu'il s'agissait cette année encore d'un « excellent cru ».

Gérard Nicol a également noté que le développement de l'Apgo se poursuivait avec 34 nouvelles adhésions en un an. Désormais, l'association regroupe 490 propriétaires.

Puis le président a pris la parole pour un discours plus politique : « Comme vous, je suis inquiet pour l’ensemble de la filière et tout spécialement au niveau du taux de retour pour les propriétaires. (...) Je me permets, à nouveau, de souligner le sinistre qu’a engendré la hausse massive de la T.V.A., pratiquement supportée totalement par les propriétaires, notamment les plus petits. On ne peut pas s’étonner que le nombre de propriétaires français soit en baisse et que le nombre de chevaux à l’entraînement le soit aussi. Vous savez que pour 2015, France Galop prend des décisions de transfert de courses lorsque le nombre de partants a été trop faible au cours des récentes années, mais n’y aura-t-il pas tout simplement des suppressions de courses ? (...) Quoi qu’il en soit, s’il y a moins de recettes pour les sociétés mères, il est impératif que les dépenses soient réduites ; je ne parle pas bien-sûr des allocations. Il ne faut pas que nous restions aux effets d’annonces, des mesures doivent impérativement être prises pour réduire les déficits des centres d’entraînement – pas en augmentant massivement les droits d’entrées –, réduire les coûts des hippodromes parisiens, réduire, à nouveau, les frais de fonctionnement de France Galop. (...) Il est impératif d’encourager les écuries de groupe, de mieux recevoir les propriétaires, d’attirer une nouvelle clientèle vers les hippodromes (ce qui est indispensable), de conquérir de nouveaux joueurs pour le PMU, sans oublier le P.M.H., de développer la présence du PMU à l’étranger, et bien sûr de définir la communication adéquate pour notre activité. Nous ne pouvons qu’encourager les Dimanches aux courses organisés notamment par la Fédération Ouest. (...) Rassemblons-nous pour que les réunions phares de notre grande région soient protégées au niveau du jour et de l’heure où ces épreuves se courent. »

TOUT FAIRE POUR QUE NOS CHEVAUX COURENT TOUTES LES TROIS SEMAINES SANS AVOIR A TRAVERSER LA FRANCE

« Pour nos épreuves régionales (premium et P.M.H.), il faut tout faire pour que les conditions de courses permettent à nos chevaux de courir toutes les trois semaines sans avoir à traverser la France. Je vous rappelle que dans notre région, deux commissions de programmes existent, l’une en plat, l’autre en obstacle. Elles se tiennent au niveau des deux fédérations Ouest et Anjou Maine réunies. C’est un plus, mais les décisions sont souvent prises préalablement par France Galop, aussi j’insiste pour que le Conseil régional se réunisse avant ces réunions et définisse quelques priorités. (...) Concernant l'arrêt de la discipline du galop sur certains hippodromes de nos fédérations, j’ai eu l’occasion de m’en entretenir avec le président Bélinguier et il m’a dit, à nouveau, qu’il n’était pas question de fixer des quotas de fermetures mais que, bien entendu, il fallait être très attentifs à la sécurité. »

UN SITE INTERNET APGO

« Nous venons de décider en réunion de conseil de mettre en place un site internet Apgo avec de nombreux liens dont un avec le Syndicat national des propriétaires de chevaux de course au galop (www.pro-galop.fr). Il devrait être opérationnel au plus tard à la fin du premier trimestre 2015. »

Les élections

« L’année 2015 sera celle des élections, tant au niveau régional que national. Nous devrons tout faire pour accroître notre représentation au sein des instances. (...) Pour préparer cette élection mais aussi pour améliorer le fonctionnement du Comité régional de l’Ouest et sans doute celui de Basse-Normandie, je souhaite que nous ayons des rencontres avec les représentants des éleveurs que sont les dirigeants de l’Asselco. Nous avons tellement de points communs. »