Après le football, les courses sont le deuxième sport le plus populaire en angleterre, mais...

Autres informations / 14.12.2014

Après le football, les courses sont le deuxième sport le plus populaire en angleterre, mais...

Le cabinet britannique Deloitte Touche Tohmatsu Limited a révélé cette semaine une grande étude sur les sports ayant attiré le plus de spectateurs en 2014. Sans grande surprise, le football reste le sport le plus populaire, avec 42,8 millions de spectateurs présents dans les stades. L’hippisme et l’équestre arrivent en deuxième position, avec 7 millions de spectateurs présents. Le Rugby Union est troisième, avec 4,9 millions de spectateurs. Précisons que le chiffre arrondi de 7 millions de spectateurs ne concerne pas que les courses hippiques, puisqu’il inclut les manifestations équestres : par exemple, le CCI 4 étoiles Burghley Horse Trials a rassemblé à lui seul 166.000 spectateurs.

QUATRE GRANDS EVENEMENTS HIPPIQUES DANS LE TOP 10 DES EVENEMENTS AYANT RASSEMBLE LE PLUS DE SPECTATEURS

Deloitte a par ailleurs répertorié quels étaient les événements sportifs ayant rassemblé le plus de spectateurs individuellement. Les événements hippiques sont bien représentés. Nous n’y retrouvons pas de matchs de football, ce qui reste assez logique, la capacité d’accueil d’un stade n’étant pas extensible.

L’événement sportif le plus populaire est aussi, sans surprise, le tournoi de tennis de Wimbledon (treize jours). En tout, 491.000 spectateurs se sont massés près des courts de tennis. Deuxième événement : le Grand Prix de Formule 1 de Silverstone, avec 298.000 spectateurs (sur trois jours).

Le meeting de Royal Ascot, qui se tient sur cinq jours, arrive quant à lui en troisième position avec 286.000 personnes comptabilisées. Le Festival de Cheltenham (quatre jours) se classe sixième, avec 232.000 spectateurs. Le meeting du Derby d’Epsom (deux jours) a rassemblé 155.000 spectateurs ( Deloitte a pris en compte les spectateurs présents sur "la colline"). Enfin, les trois journées du Festival du Grand National d’Aintree arrivent en dixième position, avec 139.000 personnes.

Les grands événements populaires des courses hippiques de Grande-Bretagne continuent donc de faire recette. Cela fait déjà plusieurs années que les courses sont classées comme deuxième sport le plus populaire derrière le football. Cela met en valeur la plupart des études menées par les institutions anglaises, et notamment le Jockey Club : les spectateurs aiment venir passer un bon moment aux courses, mais cela ne résout pas le problème de la fidélisation du public.

UN PUBLIC EN LEGERE BAISSE... ET SURTOUT MOINS FIDELE

En France, les chiffres précités font rêver. Il est certain que les grands événements hippiques anglais conservent un pouvoir d’attraction phénoménal et que les hippodromes font le plein à ces occasions... Mais qu’en est-il pour les courses de tous les jours ?

Le Jockey Club, ou même les bookmakers, ont révélé des études qui soulignent que les courses hippiques n’attirent plus beaucoup les jeunes et qu’elles peinaient à trouver une clientèle fidèle cherchant à aller plus loin que l’ambiance des grands événements. Pour se rendre compte de cela, il suffit de se pencher sur le détail des chiffres. Il est encore trop tôt pour connaître les chiffres de 2014, qui seront publiés en début d’année 2015. Penchons-nous sur le cas de 2013 : 5.679.941 spectateurs ont été enregistrés sur l’ensemble des hippodromes anglais. Ce chiffre est en hausse de 1,8 % par rapport à 2012. En ce qui concerne la fréquentation moyenne par réunion, elle est en baisse, à 3.972 spectateurs (–2,6%), avec cependant une augmentation de 4,5 % du nombre de réunions.

Rien de catastrophique, hormis que ces chiffres restent au niveau de ceux de 2008, une très mauvaise année. À l’époque, les différentes institutions des courses anglaises s’étaient décidées à lancer un programme de reconquête, Racing for Change (Great British Racing), dont le but était de faire la promotion des courses auprès des habitués, mais aussi de trouver de nouveaux spectateurs. En 2011, pendant tout le mois d’avril, vingt-six hippodromes avaient aussi ouvert gratuitement leurs portes. Les chiffres sont repartis à la hausse de 2009 à 2011, avant de connaître un nouveau déclin en 2012 et 2013. Cela a notamment incité le Jockey Club à lancer en cette fin 2014 le programme "Racing Explained", destiné à rendre le langage des courses accessible au plus grand nombre, et a fidélisé une nouvelle clientèle. La baisse constatée en 2012 par rapport à 2011 peut s’expliquer par plusieurs raisons : les Jeux olympiques de Londres, qui ont pu décourager les personnes de se rendre aux courses, tout comme l’Euro 2012. Là où les chiffres deviennent plus inquiétants pour les courses britanniques, c’est que cette baisse s’est confirmée en 2013, où il n’y avait pas d’événements sportifs exceptionnels pour détourner l’attention du public des courses. Il faudra attendre les chiffres 2014 pour savoir si cette tendance se confirme.