Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Deux amateurs français champions du monde

Autres informations / 13.12.2014

Deux amateurs français champions du monde

Jeudi à Doha se courait la dernière étape du Championnat du monde Longines de la Fegentri pour les cavaliers. Maxime Denuault a été sacré champion du monde, quelques jours après le titre de Barabara Guenet chez les cavalières.

LE SACRE DE MAXIME DENUAULT ET DE BARBARA GUENET

Maxime Denuault a réalisé le grand chelem. Le Français a décroché le Championnat du monde grâce aux points cumulés du plat et de l’obstacle. Il est également Éperon d’or grâce aux points du championnat du plat et tête de liste en obstacle. Barbara Guenet a, quant à elle, été sacrée championne du monde après l’étape du Champ de Mars, le 7 décembre.

Gérard de Chevigny, président du club des gentlemen-riders et des cavalières de France, nous a confié : « C’est une opportunité formidable pour ceux qui sont désignés pour représenter leur pays. La Fegentri leur offre la possibilité de pratiquer leur sport partout dans le monde, en découvrant toutes les facettes et toute la diversité de l’équitation de course. Les Français se distinguent souvent à l’international grâce au bon niveau de notre sport dans l’Hexagone, aussi bien chez les filles que chez les garçons. Le partenariat que la Fegentri a conclu avec Longines, une maison prestigieuse, atteste de la valeur sportive de ce circuit. Au niveau international, l’amateurisme est une question d’engagement sportif, mais aussi de valeurs. Les cavaliers représentent en effet leurs pays. Les amateurs sont désintéressés, ce qui renforce encore la valeur de leurs exploits sportifs. »

UN SUCCES DE PLUS POUR L’AMATEURISME EN FRANCE

Gérard de Chevigny précise : « Cela faisait plusieurs décennies que l’amateurisme français n’avait pas réalisé un tel doublé. Peu de sports sont aussi centrés sur le professionnalisme que l’équitation de course. Ce doublé atteste pourtant du haut niveau de l’amateurisme en France. Cela vient en partie du système français, où 280 épreuves sont réservées aux amateurs. Avec un tel programme, la fonction crée l’organe. Et ce d’autant plus que la télévision donne à voir ces courses au plus grand nombre. »

Gérard de Chevigny, poursuit : « Il y a 250 membres au club des gentlemen-riders et des cavalières de France. Certains n’ont monté qu’une seule fois en course dans leur vie, mais tous ont une passion sincère et active de la chose hippique. L’amateurisme est un vrai terreau pour la filière. Beaucoup de vocations de socioprofessionnels, d’éleveurs, d’entraîneurs ou de bénévoles sont nées ici. Lorsqu’un amateur passe professionnel, c’est une grande fierté et une véritable satisfaction. David Cottin et Jonathan Plouganou sont de bons exemples de ce que l’amateurisme peut apporter au sport hippique. »