Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Discours du président loïc malivet

Autres informations / 09.12.2014

Discours du président loïc malivet

« Mesdames, Messieurs,

Votre présence ce soir est précieuse : elle témoigne de l'intérêt que vous portez à l'action de vos élus, elle est un encouragement et je vous remercie tous avec une mention particulière pour le sénateur Ambroise Dupont, Bertrand Bélinguier, Philippe Augier, Louis Romanet et nos amis étrangers venus nombreux ce soir.

Pour nous tous, acteurs de l'élevage et des courses, les défis à relever dans les temps qui viennent n'ont jamais été aussi lourds.

Je ne m'attarderai pas sur les effets dévastateurs de la hausse récente de la T.V.A., la baisse des effectifs à l'entraînement, le recul des enjeux, le président Bélinguier vous dira après moi les réponses qu'apportera France Galop à brève échéance.

Pour m'en tenir ce soir à ce qui vous concerne directement, vous éleveurs, je vais évoquer l'Europe, la biologie génétique et le statut de l'animal.

L'Europe nous contraint !

Non seulement en matière fiscale et particulièrement au regard de la T.V.A. mais aussi par toute une panoplie de réglementations qui nous affectent dans notre gestion quotidienne. Ainsi pour les transports de nos chevaux avec des obligations de diplômes, de poids à ne pas dépasser ou de délais à respecter. Avez-vous conscience qu'il a fallu une véritable montée au créneau de vos responsables pour éviter une disposition qui aurait empêché de transporter par avion les juments dans les derniers mois de leur gestation.

Actuellement est sur les rails un projet de réglementation zootechnique qui, dans sa première rédaction, autorisait pour toutes les races et donc pour nos chevaux, l'insémination artificielle, le clonage et le transfert d'embryons.

Les connaissances en biologie génétique avancent à grands pas. Déjà des laboratoires proposent à prix abordable des analyses qui, en caricaturant, diront si tel cheval a le potentiel pour gagner un réclamer ou un Groupe. Imaginez que dans les ventes de yearlings, il faille demain présenter, en plus du dossier radiographique, un dossier génétique et que votre produit de Galileo ait un mauvais bilan...

Enfin le statut de l'animal. Vous le sentez bien, il est de plus en plus au cœur des préoccupations de notre société et il est facile, avec les moyens de communication actuels, de diffuser les excès et de jouer sur les émotions. Des groupes de pression internationaux aux moyens illimités se sont donné pour objectif principal de faire de l'animal un être juridique à part entière avec des droits. C'est une menace pour les courses à surtout ne pas prendre à la légère.

Alors pour relever ces grands défis, il faut de la réflexion, et il faut de l'action. Des yeux et des oreilles à Bruxelles, des dossiers bien ficelés, de la persuasion, de l'entregent et du

temps, beaucoup de temps... Votre Syndicat est au cœur de toutes ces questions. Je vous remercie d'y adhérer et de montrer encore ce soir votre soutien. Je remercie tous ceux que vous avez élus et qui donnent leur énergie et leur temps.

Je reste optimiste si, à France Galop, nous savons prendre les bonnes décisions : c'est d'abord faire face à la baisse exceptionnelle des recettes, que j'espère courte, en intensifiant un plan volontariste de réduction des charges. C'est aussi changer profondément l'image des courses qui aujourd'hui ne séduisent plus les jeunes générations. Ces deux chantiers sont au cœur de nos préoccupations et je suis confiant que nous saurons les mener à bien.

Nous avons déjà relevé tant de défis, celui de l'ouverture des jeux, celui de la concurrence internationale. Nos élèves remportent de grands succès en France et à l'étranger, qui font notre renommée. Notre parc étalons s'est nettement amélioré et mérite nos meilleures juments. Nous avons su organiser des ventes dynamiques qui nous ont hissés parmi les toutes premières places mondiales; nous avons de jeunes éleveurs et de jeunes courtiers qui portent bien nos espoirs ; nous sommes en plein développement des écuries de groupe qui sont une belle réponse à l'érosion des propriétaires français. Nous avons enfin la chance que les courses françaises soient encore et de loin un îlot de richesse au milieu d'une Europe qui va mal.

Deux mille quinze sera une année d'élections, au Syndicat des éleveurs et à France Galop.

Ne vous y trompez pas : la gestion du Syndicat comme celle de France Galop requièrent aujourd'hui une grande disponibilité, tant sont nombreuses les réunions et les missions en tous genres. Il faut des élus motivés et impliqués. Pas une voix ne doit nous manquer et grâce à votre soutien, le Syndicat saura faire valoir son professionnalisme.

Je vous souhaite une bonne soirée et passe maintenant la parole à Bertrand Bélinguier. »

TROPHÉE AMBROISE DUPONT

« Alors que de nombreux hommes politiques ont préféré se détourner de notre monde, à cause de l'image du jeu, un homme a clairement affiché son appartenance, allant jusqu'à créer et présider un groupe Cheval au Sénat. Ambroise Dupont, vous avez inlassablement défendu et fait avancer nos dossiers et ce soir, les éleveurs veulent vous dire très solennellement leur gratitude.

Merci de venir nous rejoindre. »