Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Hubert terrien arrête sa carrière de jockey d’obstacle

Autres informations / 08.12.2014

Hubert terrien arrête sa carrière de jockey d’obstacle

À 39 ans, le jockey d’obstacle Hubert Terrien a décidé d’arrêter sa carrière, avec 282 succès en obstacle et 5 en plat à son palmarès. Il a notamment été le partenaire de la reine de Cagnes, Wutzeline (Waky Nao) et de Saute au bois (Dom Pasquini), avec lequel il a enlevé le Prix Juigné (Gr3) à Auteuil. Il a monté pour Yannick Fertillet, Étienne Leenders, Patrick Rago ou encore Alain Couétil. C’est d’ailleurs pour ce dernier qu’il s’est mis en selle à Cheltenham cette année. Il était associé à Uddy (Voix du Nord), avec laquelle il a participé au Mares’ Hurdle (Gr2). Revenant sur sa décision de prendre sa retraite, il a expliqué au micro d’Equidia : « Pour moi, il était temps de raccrocher. C’était comme cela, je m’étais toujours fixé la date des 40 ans. Cette année, j’ai fait une saison un peu moyenne. Le printemps a été très mitigé. Cela m’a forcé un peu... Je décide du coup de tourner la page. C’est comme cela, à un moment donné, il faut le faire. Autant que ce soit quand on est en pleine forme, la décision n’est jamais facile à prendre. Même encore aujourd’hui, je m’en mors un peu les doigts. Si ce n’est pas cette année, ce sera l’année prochaine. Pourquoi continuer, pour attendre la mauvaise chute ? »

UNE RECONVERSION LOIN DES CHEVAUX

Concernant sa reconversion, Hubert a ajouté, très ému : « Je change complètement d’orientation. J’arrête malheureusement le monde du cheval, c’est difficile... Je me dis que j’ai 24 ans de carrière derrière moi, je connais un peu le métier, c’est dommage d’arrêter là-dessus, de ne pas profiter de cette expérience. Toutefois, je savais pertinemment que j’arrêterai les chevaux. Je pars faire une formation en menuiserie. Elle dure sept mois. Et puis les chevaux, je les garderai en loisir...Ce n’est pas facile...Je suis ici, je suis né

ici à Angers... Toute ma famille est là...Je veux associer ma femme, car elle a été d’un grand soutien. Mon frère n’était pas là, mais il m’a toujours supporté. J’ai toujours été présent. Je pense que j’ai eu une carrière régulière. Du côté des accidents, j’ai été assez chanceux. Chaque victoire a été magnifique, quand on sait tout le travail qu’il y a derrière. Forcément, je retiendrai Wutzeline, Kadyphard, Saute au bois, Ange de beaumont et j’en oublie certainement... »

JOCKEY : POURQUOI ?

Hubert Terrien est aussi revenu sur son choix de devenir jockey : « J’aurais poussé la porte d’un zoo, j’aurais travaillé dans un zoo. Je voulais absolument travailler avec les animaux. J’ai poussé la porte de monsieur Leenders et j’ai commencé le métier. J’ai fait mon apprentissage, pendant trois ans chez lui, j’ai mis quatre ans et demi avant de monter. Lorsque je vois où j’en suis aujourd’hui, je suis fier de moi. J’ai travaillé pour Patrick Rago qui m’a appris les rudiments du métier, il m’a mis des coups de pied au cul. C’est grâce à lui que j’ai compris les rudiments des courses. »