L’attractivite du produit courses au centre des discussions au 41e symposium sur les courses et les paris

Autres informations / 17.12.2014

L’attractivite du produit courses au centre des discussions au 41e symposium sur les courses et les paris

Le 41e symposium dédié aux courses et aux paris s’est tenu mercredi dernier à Tucson, en Arizona. Des experts en provenance d’Amérique du Nord, de Hongkong et d’Australie ont échangé leur point de vue sur la situation de leur filière hippique respective. Carrie Tong, représentant le Hong Kong Jockey-Club, qui génère chaque jour près de 150 millions de dollars d’enjeux, a résumé en un mot les raisons de ce succès : l’intégrité. « Au Hong Kong Jockey-Club, nous fonctionnons avec les standards d’intégrité les plus élevés, en établissant un guide des bonnes pratiques », a-t-elle expliqué.

Au cours d’un tour de table intitulé "casser la tradition", Rick Baedeler directeur exécutif du California Horse Racing Board, a insisté sur le fait que les courses, sans le vouloir, découragent souvent les nouveaux venus. « Nous nous sommes tellement focalisés sur ceux qui veulent toujours plus d’informations que nous avons construit des barrières pour ceux qui arrivent aux courses. C’est ce que j’appelle le symptôme du vieux schnock. » Il a expliqué que les hippodromes étaient devenus hostiles pour les nouveaux venus en raison du jargon utilisé trop souvent. En comparaison, les courses de lévriers sont beaucoup plus accessibles aux novices. « Personne n’aime se sentir stupide, a-t-il ajouté. J’aimerais que la filière trouve un moyen de rendre ce sport plus attractif, plus facile d’accès. Et je pense que des applications sur portable peuvent le permettre. »

L’entraîneur James Cassidy est allé dans son sens. Il estime que la lecture du Daily Racing Form pour un novice revient à essayer de résoudre un Rubik’s Cube, et que les machines pour jouer sont également intimidantes.

Concernant le problème du nombre de partants, James Cassidy a suggéré de distribuer des allocations jusqu’au septième, afin d’encourager les propriétaires à engager leurs chevaux.