Sixième édition des jdg awards - événement institutionnel de l’année les professionnels de nonant gagnent des batailles contre la décharge de gde

Autres informations / 18.12.2014

Sixième édition des jdg awards - événement institutionnel de l’année les professionnels de nonant gagnent des batailles contre la décharge de gde

Avec 22 % des suffrages, les batailles gagnées par les professionnels de Nonant contre la décharge de GDE (Guy Dauphin Environnement) a dominé les autres événements institutionnels de l’année. Tout au long de 2014, les anti- GDE se sont mobilisés et battus afin de sauvegarder les terres d’élevage autour de cette méga-décharge. Il est prévu que la société GDE traite 150.000 tonnes de déchets automobiles et industriels par an, et ce pendant dix-sept ans.

Plusieurs batailles ont été gagnées par l’Association sauvegarde des terres d’élevage – dont le président est Éric Puerari – et cela a notamment abouti à une nouvelle demande d’expertise par le ministère de l’Écologie sur le centre de déchets situé près du haras du Pin. En octobre, les anti- GDE ont choisi de bloquer le site et ce blocus se poursuit depuis maintenant sept semaines. Ce blocus a été finalement levé par les forces de l’ordre le 6 octobre 2014. Ensuite, c’est le TGI d’Argentan, à la demande des Associations, et non le Ministère, qui a ordonné la nouvelle expertise. Par ailleurs, le juge des référés du tribunal d’Argentan a ordonné à GDE de lui fournir des documents demandés par l’experte missionnée par le juge pour réaliser l’expertise des causes de la pollution déjà relevée après seulement deux jours de dépôts de déchets.

Enfin, le délibéré de la Cour d’appel de Caen sur la décision de fermeture définitive prononcée par le Tribunal correctionnel le 13 mai 2014, à la suite du dépôt de déchets illicites, est prévu pour le 21 janvier 2015.

Pour financer cette cause, de nombreux haras ont mis aux enchères à Arqana des saillies d’étalons la veille de la vente d’élevage de décembre. Cela a permis de récolter près de 350.000 euros pour l’Association terre d’élevage.

Cette association dispose d’un site internet : http://www.sauvegardedesterresdelevage.com/ et d’une page Facebook "Non à la décharge de Nonant" qui compte près de 41.000 membres.

2E : LA FIN DE L’ETALONNAGE PUBLIC

Créé sous Louis XIV, l’étalonnage public via les Haras nationaux – France Haras – a cessé d’exister. La fin de ce pan historique de notre élevage a recueilli 13 % de vos votes.

Peu à peu, en 2014, les étalons de France Haras ont été vendus, comme Montmartre par exemple, qui a changé d’entourage lors de la dernière vente d’élevage. Suite au retrait de France Haras, de nombreux éleveurs se sont regroupés en coopérative afin de proposer un service d’étalonnage de proximité. C’est le cas par exemple à Cercy-la-Tour ou au haras du Pin.

3E : PHILIPPE GERMOND DEMISSIONNE DE LA PRESIDENCE DU PMU

Le 9 septembre, cette information fut une grande surprise : Philippe Germond démissionnait de la présidence du PMU. Pour 13 % de nos lecteurs, c’est l’événement institutionnel de l’année. Philippe Germond est arrivé à la tête du PMU le 1er mai 2009. Il y est donc resté cinq ans et son bilan fait état de la modernisation du PMU (nouveaux outils pour parier, rajeunissement de l’image de marque du PMU, etc.) et de l’augmentation de l’offre et du chiffre d’affaires de ce GIE. Philippe Germond a accompagné le PMU lors du cap difficile de l’ouverture des jeux en ligne à la concurrence. Il a choisi de rejoindre la société Europcar et a été remplacé à la tête du PMU par Xavier Hürstel, jusqu'alors directeur général délégué.

LES AUTRES EVENEMENTS, CITES DANS L’ORDRE D’IMPORTANCE DES VOTES : une grande journée portes ouvertes à Chantilly ; record sur record pour les ventes Arqana ; baisse de 2,5 % du résultat net du PMU ; France Galop annonce le maintien des encouragements pour 2015 et adopte le principe 90/10 pour les primes propriétaires ; l’affaire Asmussen aux États-Unis et ses conséquences futures sur la médication aux États-Unis ; les mesures choc de la British Horse-racing Authority contre les courses à faible nombre de partants ; les paris hippiques baissent aussi en Grande-Bretagne.