Assemblées générales de pau :  les éleveurs et propriétaires affichent leur unité

Autres informations / 19.01.2015

Assemblées générales de pau : les éleveurs et propriétaires affichent leur unité

ASSEMBLÉES GÉNÉRALES DE PAU :  LES ÉLEVEURS ET PROPRIÉTAIRES AFFICHENT LEUR UNITÉ

Pour la première fois, les éleveurs et propriétaires du SudOuest ont organisé une Assemblée générale commune. Samedi 17 janvier, veille du Grand Prix de Pau-Foies Gras Biraben, le hall de l'hippodrome palois a rassemblé toutes les disciplines et races de galopeurs représentées dans le Sud-Ouest. En cette année électorale, des élus nationaux avaient effectué le déplacement aux côtés d'Hervé Chamarty, président du Syndicat des propriétaires du SudOuest, et d'Yves Frémiot, président du Syndicat des éleveurs du Sud-Ouest.

De notre envoyé à Pau, Adrien Cugnasse

 

Yves Frémiot : " Avec des moyens ordinaires on peut parfois faire des choses extraordinaires "

Yves Frémiot, président du Syndicat des éleveurs du Sud-Ouest, a ouvert l'Assemblée générale en rendant hommage au défunt Jean Larrieu. Il a ensuite souligné l'amélioration de l'élevage local et les bons résultats de la saison 2014. Il a particulièrement insisté sur la réussite des  produits  de  l'étalonnage  local : " Gailo Chop (Deportivo) et Gémix (Carlotamix) ont été conçus à partir de sires stationnés dans la région. Si nos étalons locaux ne sont pas toujours nécessairement hyper commerciaux, ils n'en sont pas moins de très bons pères de gagnants. Avec des moyens ordinaires, on peut parfois faire des choses extraordinaires. "

Yves Frémiot a également souligné l'importance des propriétaires-éleveurs qui " nourrissent les hippodromes en partants ". La région a par ailleurs connu une baisse de 10 % des naissances entre 2013 et 2014. Il précise : " Les éleveurs n'ont pas suffisamment d'espace pour vendre leurs chevaux, même si les agences de vente œuvrent dans ce sens. Il faut donner aux jeunes éleveurs la possibilité, et les moyens, de s'installer. "

 

Hervé Chamarty : la nécessaire mise en équation des nominaux Paris/province

En 2014, le Sud-Ouest comptait 396 propriétaires actifs et 1.907 chevaux à l'entraînement. Hervé Chamarty, président de l'Association des propriétaires du Sud-Ouest, a précisé : " Nous avons perdu 4 % de ces chevaux et 10 % de ces propriétaires actifs en 2014. Plusieurs facteurs permettent d'expliquer cela. La crise économique, la T.V.A., l'augmentation du coût d'achat des chevaux font partie des raisons de ces baisses. Mais il faut également évoquer le fait que les allocations sont insuffisantes en province pour espérer pouvoir aller au-delà de 50 % de recouvrement des frais. Il est nécessaire qu'une équivalence des nominaux province/Paris soit mise en place, en dehors des courses de Groupe. "

En ce début d'année électorale, Hervé Chamarty a appelé à " une réaction, un vrai virage des courses françaises, pour enrayer les baisses de fréquentation, bénévoles, enjeux et propriétaires ".

 

 

 

 

 

Loïc Malivet : " Aucune voix ne doit manquer "

Loïc Malivet est intervenu en tant que président du Syndicat national des éleveurs de chevaux au galop. Il a dans un premier temps fait un tour d'horizon des actions menées par son Syndicat.

Au cours de ses missions à l'étranger, il a pu constater la situation des éleveurs en dehors de nos frontières : " Lors de la dernière saison de monte, le nombre de déclarations de premier saut en France a augmenté de 4 % et, sur la dernière décennie, la baisse du nombre de saillies en France a été contenue. Sur la même période, l'Irlande a divisé par deux son nombre de poulinières. " De même, Loïc Malivet a précisé : " La présidence de la Fédération européenne des éleveurs de pur-sang et nos actions communes à Bruxelles sont très importantes. La conservation du taux de T.V.A. réduit jusqu'à la naissance du poulain fait partie des résultats obtenus. Notre objectif serait de l'étendre jusqu'au stade yearling et vente publique ". Loïc Malivet a également salué les bons résultats des ventes en 2014 avec " une augmentation des indicateurs en termes de prix, médians, de taux de vendus et de nombre de sujets présentés. "

En ce qui concerne les élections à venir, il a expliqué :

" Cette année sera marquée par un double scrutin. Dans ce contexte, il faut remercier les élus du Sud-Ouest qui sont très actifs et ont effectué beaucoup de travail. Aucune voix ne doit manquer. " ?

 

Patrick Fellous : " Le destin des éleveurs et le destin des propriétaires sont liés "

Patrick Fellous, président du Syndicat national des propriétaires de chevaux de courses au galop, a d'abord salué l'élévation constante du niveau des épreuves disputées dans le Sud-Ouest, et les excellents résultats des chevaux liés au Sud-Ouest. Il a expliqué : " Dans ce contexte économique morose, nous entrons dans une année cruciale. Deux mille quinze est l'année de tous les dangers. De nouveaux défis se présentent à nous. Il faut les affronter sans nostalgie, en nous adaptant à une nouvelle époque. Trois grands thèmes, trois grandes propositions, marquent notre projet politique. Le premier thème concerne la mise en valeur des propriétaires : il faut souligner l'action du président Bélinguier qui est le premier à agir dans ce sens. Mais il reste énormément à faire. Les résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances. Nous demandons par exemple la généralisation de " l'espace du gagnant " [un endroit où l'entourage du gagnant est accueilli après la course, ndlr] à l'ensemble des hippodromes de régions. Notre seconde proposition est la segmentation des courses en deux circuits, car le programme fait déjà cohabiter deux populations : d'une part la "Ligue 1", les courses de sélection ; d'autre part, la "Ligue 2", le circuit des loisirs qui participe au financement de la filière. Il faudrait avoir deux enveloppes différentes pour chacun des deux circuits, et chaque enveloppe évoluerait selon sa propre logique. Enfin, notre troisième proposition est que chaque cheval entraîné à l'étranger doive s'acquitter d'une redevance pour pouvoir courir en France. Ainsi les chevaux étrangers participeraient à l'économie de la filière en finançant l'entretien des installations d'entraînement privées et publiques. "

Patrick Fellous ajouta un dernier point très cher à ses yeux. Il s'agit du nécessaire renforcement de la présence des éleveurs et propriétaires dans les prises de décision au sein de l'Institution : " Le destin des éleveurs et le destin des propriétaires sont liés. "

 

Les Anglo-arabes soutiennent le nombre de partants en obstacle

Le président du Syndicat anglo-course, Paul Couderc, a ensuite pris la parole :

" Avec l'ouverture du stud-book, nous fabriquons des sauteurs qui soutiennent le nombre de partants en obstacle. Nous sommes totalement pour le système actuel des courses en France. Nos éleveurs sont souvent propriétaires. Donc l'unité entre propriétaires et éleveurs est tota-

lement naturelle chez les anglo-arabes. Par ailleurs, nous participons activement au recrutement de nouveaux propriétaires, qui commencent souvent les anglo-arabes avant d'investir dans les autres races pour diversifier leur effectif. L'anglo-arabe fait partie de la grande famille des courses et participe activement à la recette du PMU. Les joueurs connaissent bien ces chevaux qui s'affrontent dans des lots tout à fait lisibles. Les chiffres des enjeux sur les courses d'anglo-arabes en attestent. "

BERTRAND BÉLINGUIER : " L'OUVERTURE CONCERNE 2 % DE L'ACTIVITÉ DE LA FRANÇAISE DES JEUX... ET 100 % DE L'ACTIVITÉ DU PMU "

Bertrand Bélinguier, le président de France Galop, a expliqué : " Dans un contexte économique difficile, après cinq ans d'ouverture du marché des jeux, il est possible de faire un bilan. L'ouverture concerne 2 % de l'activité de la Française des Jeux et 100 % de l'activité du PMU. Cette ouverture a bénéficié aux paris sportifs. Le PMU a bien géré sa di-

versification. Pour 2015, France Galop recevra 38 millions d'euros en moins. "

Il poursuit : " Le problème de la T.V.A. est un autre coup dur pour 70 % des propriétaires qui ne sont pas assujettis. L'État ne nous a accordé que 10 millions d'euros alors que l'impact est de 50 millions, en nous précisant qu'il fallait s'estimer heureux d'obtenir quelque chose. Les 100 euros par mois et par cheval sont un effort réel de notre part. " Il poursuit : " Par ailleurs, nous souhaitons que le taux de

T.V.A. réduit s'applique jusqu'à l'état de yearling. "

Sur le sujet des horaires des courses, Bertrand Bélinguier a expliqué : " Nous sommes sans doute allés trop loin en ce qui concerne les contraintes horaires, mais il était impératif de ne pas laisser le terrain libre aux autres types de jeu. " En ce qui concerne le plan d'économie, le président précise :

" La comité stratégique a lancé un plan d'économie de

 

50 millions d'euros par an. Il est actuellement mis en place. Nous avons par ailleurs réglé plusieurs dossiers comme celui des retraites ou du groupe Geny. En 2015, il y aura des su-

jets difficiles. Mais nous devons absolument investir pour nous développer. La rénovation des points de ventes du PMU doit redonner de l'attractivité. Dans le monde, il y a une baisse des paris hippiques et il faut faire revenir du monde sur les hippodromes ".

 

" Il faut souligner les résultats du département propriétaires de France Galop et de la Commission propriétaires, a également dit Bertrand Bélinguier. Le développement des écuries de groupe est important. Le plaisir partagé est plus accessible et

plus de 70 écuries sont nées en un an. Il faut renouveler les propriétaires et les courses ont de belles histoires à raconter, des exemples positifs. Il faut chercher à comprendre

pourquoi certains renoncent. " J

 

GROS PLAN SUR LES ÉTALONS DU SUD-OUEST

Pour la première fois, les reproducteurs régionaux n'étaient pas présents en chair et en os. Dix-huit étalons de pur sang et huit anglo-arabes ont été présentés aux éleveurs sous forme de clip vidéo. La projection avait lieu dans le hall de l'hippodrome. Cette présentation et cette assemblée générale ont bénéficié du sponsoring de la société Equidarmor, qui est de plus en plus

présente dans le milieu hippique. Aux côtés des confirmés Amadeus Wolf (Mozart), Deportivo (Night Shift), Diamond Green (Green Desert), Muhaymin (AP Indy), Panis (Miswaki) et Walk in the Park (Montjeu), le Sud-Ouest accueille en 2015 plusieurs jeunes étalons et nouveaux venus. Agent Secret (Pyrus) et Nom de d'La (Lost World) intègrent le haras du Mazet aux portes de Pompadour. Le haras de Saint-Vincent reste fidèle au sang d'Anabaa et accueille le confirmé Anabaa Blue (Anabaa). Captain Chop (Indian Rocket) est le successeur de son père au haras des Faunes. Maiguri (Panis) et Moss Vale (Shinko Forest) officieront à ses cotés. Cat Junior (Storm Cat) démarre en 2015 sa deuxième saison de monte au haras des Fontaines, tout comme Kap Rock (Vidéo Rock) au haras de l'Abbaye où il a sailli 80 juments en 2014. Le haras des Granges conserve dans son effectif Never on Sunday (Sunday Break) après une bonne première saison de monte. Vertigineux (Nombre Premier) a donné ses premiers gagnants en 2014 et il va continuer à fonctionner dans son élevage d'origine au haras d'Ayguemorte. Enfin, le haras de Thouars confirme son ouverture vers le pur-sang avec Sea's Legacy (Green Desert), le frère utérin de Galileo (Sadler's Wells) et Sea the Stars (Cape Cross). Un tirage au sort de 38 saillies a été effectué à la fin de l'Assemblée générale.