Bassika d’airy, nen attendant le steeple

Autres informations / 06.01.2015

Bassika d’airy, nen attendant le steeple

Dotée d’une modèle imposant, Bassika d’Airy (Passing Sale) est taillée pour faire une pouliche de steeple. D’autant qu’elle n’a qu’un train. La pensionnaire de Jacques Ortet a pris les devants dès le lâcher des élastiques. Elle a assuré un rythme sélectif à la course, continuant dans son action tout au long du parcours. Cela a eu pour effet de faire éclater le peloton au dernier passage en face. Dans la ligne droite, Brookdale (Califet) a bien essayé de l’inquiéter après avoir sauté fort la dernière haie. Mais Bassika d’Airy l’a contré de peu. Au micro d’Equidia, son mentor, Jacques Ortet, a déclaré : « C’est une pouliche qui est très plaisante le matin. Elle n’a qu’un train et sera mieux sur le steeple. » Le professionnel palois s’est aussi classé cinquième avec Borsa d’Airy (Passing Sale), au sujet de laquelle il a dit : « Nous avions peur qu’elle ne respire pas, mais elle a bien respiré. Elle a eu une bonne leçon en étant montée derrière. »

Comme l’indique son nom, Bassika d’Airy a été élevée par Claude-Yves Pelsy. Elle est la sœur de Quaska d’Airy (Cachet Noir), lauréate du Prix Sytaj (Listed à l’époque) et gagnante de huit de ses dix-neuf sorties. Mère de Bassika d’Airy, Gamaska d’Airy (Marasali) a pris neuf places en treize sorties.