Le dubai world cup sur le dirt

Autres informations / 08.01.2015

Le dubai world cup sur le dirt

Depuis 2010, le Dubai World Cup se disputait sur la Tapeta. En 2015, l’épreuve la plus richement dotée au monde bénéficiera d’une nouvelle formule. Ou plutôt d’une ancienne formule : elle revient sur le dirt. Un changement de surface destiné bien entendu à séduire à nouveau les Américains. Le Dubai World Cup sur Tapeta n’attirait en effet pas les meilleurs éléments des États-Unis. Il y a eu une exception notable : la présence et la victoire d’Animal Kingdom (Leroidesanimaux) en 2013. Cependant, rappelons que ce dernier est lui-même une exception dans le monde des courses américaines : il avait débuté assez tardivement sur le dirt... dans le Kentucky Derby !

Ce changement va plaire aux Américains et on attend notamment Bayern, gagnant du Breeders’ Cup Classic (Gr1), au départ. Les Japonais seront aussi présents, avec au moins Hokko Tarumae. Mais les candidatures européennes seront rares, si ce n’est absentes. Ce que le Dubai World Cup va gagner d’un côté, elle va le perdre de l’autre. Dommage pour une "coupe du monde".

LA CHINE

La Chine sera au centre des attentions via plusieurs éléments. L’un d’entre eux est la puissante écurie fondée par Teo Ah King, le China Horse Club. L’écurie a été très présente sur les places de ventes internationales en 2014 : Europe, Australie et États-Unis, que ce soit chez les yearlings, les chevaux à l’entraînement ou les ventes d’élevage, et cela devrait se poursuivre en 2015. Rappelons que Teo Ah King est, en association avec Coolmore, propriétaire d’Australia (Galileo), et il a investi aussi pour soutenir l’étalon. Le China Horse Club a aussi lancé en 2013 le China Equine Cultural Festival (Cecf), à Hohhot. Ce festival bénéficie du soutien de la plupart des acteurs internationaux du monde : France, Australie ou encore Irlande. L’idée est à terme de créer à Hohhot un hippodrome de standard international, ainsi que d’y développer l’élevage du pur-sang en collaboration avec des partenaires internationaux... Le soutien international devrait se poursuivre en 2015, d’autant que le marché chinois possède un potentiel formidable pour recruter de nouveaux acteurs des courses... Et parieurs.

En 2015, le PMU et les autres institutions de paris devraient continuer à travailler de très près avec le gouvernement chinois pour négocier la légalisation et l’ouverture des paris hippiques dans le pays. Si cela venait à se réaliser, le marché du pari hippique pourrait y trouver un tout nouvel élan.

COZMIC ONE ET JESS’S DREAM

Les noms de ces deux poulains de 3ans ne sont pas encore apparus sur les programmes des hippodromes, mais ils sont déjà des stars. Cozmic One (Bernardini) est le premier produit de la championne Zenyatta (Street Cry), gagnante de 19 de ses 20 sorties (dont le Breeders’ Cup Classic). Il est à l’entraînement chez Jeff Shirreffs et devrait débuter dans les toutes prochaines semaines. Jess’s Dream (Curlin) est quant à lui le premier produit de la championne Rachel Alexandra (Medaglia d’Oro), gagnante des Kentucky Oaks par vingt longueurs puis des Preakness Stakes (Grs1). Il est à l’entraînement chez Kiaran McLaughlin et devrait débuter à la fin du mois de janvier.

LES VENTES

Les places de ventes internationales ont enregistré des chiffres excellents en 2014. Pour Tattersalls, ce fut une année record en termes de chiffre d’affaires global, tout comme pour Arqana. Pour Keeneland, ce fut la meilleure année enregistrée depuis le début de la crise économique. La vente de sélection japonaise ne s’est jamais aussi bien portée, attirant de plus en plus d’acheteurs internationaux. En Australie aussi, les feux sont au vert. Les acheteurs historiques étaient présents, de nouveaux investisseurs aux moyens phénoménaux continuent de se manifester (Qatar, Chine...). La confiance dans le marché est là. L’embellie se poursuivra-t-elle en 2015 ? Espérons.