Tribune libre: comparer ce qui n'est pas comparable

Autres informations / 29.01.2015

Tribune libre: comparer ce qui n'est pas comparable

Par David Powell, éleveur

« On apprend aux écoliers américains : « You can't add apples and pears. » En français : on ne peut pas additionner des pommes et des poires. C'est-à-dire qu'on ne peut pas additionner deux choses différentes. C’est pourtant l'exercice absurde auquel se livre le comité des ratings internationaux tous les ans. On se donne beaucoup de mal pour essayer de comparer ce qui n'est pas comparable.

Cette année, on se base sur une performance d'un cheval japonais au mois de mars à Dubaï pour "déterminer le meilleur cheval du monde". Cela paraît un peu ésotérique. De toute manière, la beauté et l'intérêt des courses seront toujours et uniquement liés à cette paraphrase de Federico Tesio : « Il n'y a que le poteau d'arrivée qui compte. »

Jadis, un "handicap libre", que ce soit l'Optional, le Free Handicap ou l'Experimental, n'avait d'intérêt que dans la mesure où la course allait se courir (évidemment les meilleurs n'étaient pas au départ...). Mais une erreur majeure de l'homme de l'art trouvait sa sanction sur la piste.

Un handicap qui ne sera jamais couru, c'est une estimation gratuite qui ne vaut que cela. Même si les chevaux vendus les plus cher ne sont pas toujours les meilleurs, au moins le jeu des enchères détermine une "opinion payante"...

Que chaque pays publie en janvier un free handicap constitué par le top de ses valeurs attribuées (donc théoriquement "courables"). Dont acte. Mais, à l’échelle internationale – avec les compromis que l'on imagine –, cela me paraît assez futile. »