Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

hommage : disparition tragique de yann poirier

Autres informations / 11.02.2015

hommage : disparition tragique de yann poirier

HOMMAGE : DISPARITION TRAGIQUE DE YANN POIRIER

Nous avons appris avec une immense tristesse la disparition de Yann Poirier, à la suite d’un coup de pied de cheval reçu lundi matin. Il était dans sa quarante-cinquième année. Cette terrible disparition endeuille tout l’Ouest et, bien au-delà la France hippique, car Yann a joué un rôle national, en particulier au service de la cause des débourreurs-préentraîneurs.

UN PRECURSEUR AU SEIN D’UN METIER QUI N’A CESSE DE SE DEVELOPPER

Yann Poirier a été un précurseur parmi les débourreurs et pré-entraîneurs en France. Il avait développé sa structure, le haras du Chêne, dans l’Ouest de la France, en Anjou (Soucelles), depuis 1995. Très investi dans son métier, il était aussi le Président de l'Association des Débourreurs Préentraineurs de l'Association AQPS Ouest, et vice-président de l'Association Nationale des AQPS, et il s’est longtemps battu pour faire reconnaître le métier de débourreur - préentraîneur auprès des instances dirigeantes.

UNE FAMILLE DE GRANDS PASSIONNÉS

Né le 10 décembre 1970, Yann Poirier a grandi dans l’univers des chevaux. Ses parents, Joël et Claudie Poirier, ont créé de toutes pièces l’élevage des Mottes dans les années 1970, partant de rien, et se hissant dans les sommets, particulièrement en obstacle, par la force de leur passion : Sun des Mottes, Veni des Mottes, Okiel des Mottes, Trifolium, Farlow des Mottes et Adriana des Mottes ont brillé sur les hippodromes français et européens. Leurs enfants Yann et Arnaud se sont engouffrés dans leur sillage.

« Une relation familiale très forte, des parents et des enfants extrêmement proches les uns des autres, et une passion pour les chevaux qui amenait souvent des débats, mais toujours constructifs » nous confiait Arnaud mardi après-midi. Il nous disait aussi la fierté qui était celle de ses parents, de voir leurs enfants non seulement embrasser leur propre passion des courses, mais encore en faire un métier et aller plus loin encore.

Après avoir obtenu son baccalauréat et, après un an passé sur les bancs de la fac, Yann Poirier a véritablement commencé son parcours professionnel en 1990, en Irlande, lorsqu’il a rejoint Ghislain Drion. En Irlande, il a travaillé un an aux Aga Khan Studs, avant de continuer sa formation pour le compte de la famille Al Maktoum, lors des débuts de Kildangan Stud. C’est là-bas qu’il a appris les techniques de débourrage et de pré-entraînement. Yann Poirier a ensuite passé l’examen de l’Irish National Stud pour lequel la formation dure un an. Il a été l’un des premiers Français à passer et obtenir cet examen. Son apprentissage en Irlande lui a notamment permis d’apprendre la technique du débourrage aux longues rênes, qu’il a ensuite utilisée en France.

PLUSIEURS GAGNANTS DE GR1 AU HARAS DU CHÊNE

Yann Poirier est ensuite revenu en France et il a travaillé au haras de la Rousselière. Il y a débourré les élèves de Nelly et Pierre de La Guillonnière, ainsi que ceux d’autres clients, comme les élèves de la famille Hardy (éleveurs de Pineau de Ré, entre autres). C’est en 1995 qu’a été construit le premier bâtiment de ce qui est aujourd’hui le haras du Chêne, où s’est installé Yann Poirier. Année après année, Yann Poirier a développé sa structure et a créé juste avant les années 2000 l’Association des Débourreurs Pré-entraineurs. Parmi les vedettes qui ont été formées par Yann Poirier, on peut citer les gagnants de Gr1 Chichicastenango, Spirit One, Sahpresa et Shannon Rock.

UN "LION" QUI RUGIT À NOUVEAU

On l’a dit, Yann Poirier avait mené plusieurs combats publics. Le plus récent, et très emblématique a été la reprise du haras du Lion d’Angers, à la suite du retrait des Haras nationaux. Épineux dossier et négociation difficile, où son talent politique avait fait merveille pour aboutir. Ainsi, à la fin du printemps 2013, l’écurie des Mottes (famille Poirier) et le haras de La Rousselière (famille La Guillonière) se sont associés pour louer une partie des installations du haras du Lion au Conseil général du Maine-et-Loire, qui en est le propriétaire. De 130 juments saillies en 2013, le Haras du Lion monta à 604 juments en 2014 ! Deux chiffres qui se passent de commentaires pour juger la réussite du projet mené par Yann… Arnaud nous a livré ce message d’espoir : « Les chevaux vont continuer. C’est une histoire créée ensemble, et elle va se poursuivre. »

Yann Poirier était marié à Anne-Marie, aujourd’hui entraîneur et d’origine néerlandaise. Ensemble, ils ont eu deux filles, Charlotte et Juliette. À sa femme et ses filles, à son frère notre ami Arnaud du site France Sire, à ses parents, à son demi-frère Jean-Marc (qui filme parfois les courses pour Equidia notamment) et à sa demi-soeur Florence, à son cousin – ancien rédacteur en chef de JDG – Willy Flambard, Jour de Galop présente ses plus sincères condoléances.

LE TÉMOIGNAGE DE LOÏC MALIVET

« Les mots manquent pour exprimer mon émotion au le demain de la disparition tragique de Yann Poirier. Nos pensées vont à sa femme et à ses deux filles, à sa famille et à toutes les personnes qui s'impliquaient aux côtés de ce grand homme de cheval qui avait su professionnaliser le monde du débourrage et du pré-entraînement. Jamais avare de son temps, son implication associative et institutionnelle à travers sa présidence de l'Association des débourreurs pré-entraîneurs, des AQPS de l'Ouest, du Bureau national des AQPS forçait le respect, et en faisait un interlocuteur de choix, un pied ancré dans la réalité du métier et l'autre dévoué à l'amélioration de notre filière et à son rayonnement. Qu'il sache que nous lui sommes infiniment reconnaissants. » Pour tous les adhérents de l'Asselco, du Syndicat des Éleveurs, Loïc Malivet, Président.