La ferme de jalogny accueille l’assemblée générale de saône-et-loire galop

Autres informations / 24.02.2015

La ferme de jalogny accueille l’assemblée générale de saône-et-loire galop

Samedi 28 février, la ferme expérimentale de Jalogny, près de Cluny, accueille l’Assemblée générale des éleveurs de Saône-et-Loire. Georges Richardot, le président de Saône-et-Loire galop, nous a expliqué : « Samedi à 10 heures, nous organisons notre Assemblée générale annuelle. Il s’agit de faire le bilan de l’année passée. Nous devons évoquer les améliorations à apporter au Chaser Day de Paray-le-Monial, mais également discuter des différentes évolutions que le galop connaît dans notre département. À 11 h 30, Tiger Groom (Arazi) sera présenté aux éleveurs. »

Au sujet de ce dernier Georges Richardot nous a confié : « La Chambre d'agriculture de Saône-et-Loire voulait restructurer le site de la ferme expérimentale de Jalogny, à trois kilomètres de Cluny, en diversifiant son activité principalement axée sur la production bovine. Une des options envisagées était la création d'un centre de reproduction équin. Aussi, en tant que président de Saône-et- Loire Galop, syndicat regroupant les éleveurs d'AQPS et pur-sang de Saône-et- Loire, j'ai été contacté par le président de la Chambre d'agriculture. » C’est ainsi que plusieurs éleveurs se sont associés pour acheter Tiger Groom, un étalon qui était stationné en Grande-Bretagne. Georges Richardot nous a précisé : « Le cheval plait beaucoup et le fait que sa venue s’inscrive dans un projet collectif est également un argument de taille. L’étalon n’était pas encore arrivé en France au moment du Salon de Moulins,. Malgré cette absence, il a déjà une trentaine de réservations. C’est un beau cheval, père de gagnants de Gr1 et il est proposé à un tarif très attractif. »

Il poursuit : « Pour accueillir cette nouvelle activité, la ferme expérimentale de Jalogny a connu beaucoup de travaux. Des paddocks sur 4 hectares, une barre d’échographie et des boxes vont permettre d’accueillir les juments dans les meilleures conditions. C’est Gilles Vincent, un ancien des Haras nationaux reconnu pour son professionnalisme, qui va s’occuper des saillies. Nous avons également recruté un souffleur. »