Le plus beau chapitre de l’histoire de feu croisé

Autres informations / 02.02.2015

Le plus beau chapitre de l’histoire de feu croisé

GRAND CROSS DE PAU - PRIX GASTON DE BATAILLE

LE PLUS BEAU CHAPITRE DE L’HISTOIRE DE FEU CROISÉ

GRAND CROSS DE PAU REVERDY (L) - PRIX GASTON DE BATAILLE. DIMANCHE À PAU. À l’issue des 6.200m du parcours du Grand Cross de Pau Reverdy (L), disputé dans des conditions dantesques, l’anglo-arabe Feu Croisé (Feu Ardent) a signé sa plus belle victoire. La belle histoire du protégé d’Hervé Audoy se poursuit, après qu’il a connu de nombreux soucis tendineux. Des problèmes qui ont failli le conduire à une reconversion comme cheval de selle. Mais son entourage, constitué d’Hervé Audoy, de sa femme, de sa fille, ainsi que de Yan de Kersabiec, fils de la baronne de Freycinet, éleveur de Feu Croisé, a contribué à le remettre sur des bons rails. Il ne faut pas oublier non plus Fabrice Barrao, fidèle jockey du fils de Feu Ardent, lequel avait suggéré de le débuter sur le cross…

Si bien qu’après une absence d’un an et demi, entre août 2010 et mars 2012, Feu Croisé a repris la compétition, en cross, concluant deuxième à Mont-de-Marsan, pour ses dé- buts dans la spécialité. L’histoire est alors lancée et le cheval ne va faire que progresser. Si bien que ce Grand Cross est sa onzième victoire en cross, sur les douze succès qu’il compte à son palmarès. Meilleur anglo-arabe dans ce sport, comme l’attestent ses deux victoires dans le Prix Jean Granel à Pau, Feu Croisé a été cette fois couronné dans la "belle". ­ u CLIQUEZ ICI POUR VOIR LA COURSE Un long parcours d’attente Il fallait parcourir la longue distance de 6.200m, pourtant Tyrol Bleu (East of Heaven), Touco (Bonbon Rose) et Toutancarmont (Lord Carmont) sont partis sur un bon rythme. Saying Again (Califet) n’était pas loin, alors que Posilox (Loxias) attendait son heure au cœur du peloton. Feu Croisé était, lui, placé en dernière position. La course a perdu son grand favori, Toutancarmont, tombé à la banquette irlandaise, alors que les concurrents allaient aborder la mi-parcours. Tyrol Bleu et Touco se sont alors relayés en tête. Posilox a regagné des rangs. Dans la dernière boucle, Tyrol Bleu a perdu du terrain. Touco caracolait seul au commandement, avant de se voir rejoint par Feu Croisé, longuement attentiste, qui a regagné de nombreux rangs dans les derniers 1.500m. Touco a mal négocié le bull-finch en fin de parcours, après avoir déjà fait une faute au tronc d’arbre. Feu Croisé en a profité pour lui prendre le meilleur et la course était réglée. Sur un terrain très pénible, les positions sont restées figées. Feu Croisé a conservé nettement l’avantage sur Touco. Alors qu’il semblait dominé, Posilox a su se relancer pour finir troisième à 75/1. Une cote surprenante pour un lauréat d’Anjou-Loire Challenge (L) ! Tyrol Bleu a finalement réussi à accrocher la quatrième place.

Hervé Audoy : « C’est superbe car Feu Croisé était condamné… » 

Médecin, Hervé Audoy est aussi permis d’entraîner et il n’a qu’un cheval : Feu Croisé ! L’histoire de ce cheval, dévoilée au grand jour par sa victoire dans ce Grand Cross, est donc exceptionnelle sur tous les plans. Hervé Audoy a expliqué au micro d’Equidia : « C’est magnifique pour le cheval, pour les courses, pour l’“anglo-arabie”, de s’imposer dans ce Grand Cross, dans des conditions dantesques. Son jockey, Fabrice Barrao, l’a monté parfaitement, il a remporté la course. Feu Croisé a gagné comme un champion. En dernier lieu, il n’était pas très prêt, mais depuis, il est monté en condition. C’est superbe car Feu Croisé était condamné… C’est un cheval qui a été rafistolé, il a eu de nombreux problèmes tendineux, mais ses problèmes sont maintenant calés. »?

Fabrice Barrao réalise son "rêve" avec son cheval de cœur

Titulaire de plus de six cents succès, vainqueur de toutes les plus grandes épreuves paloises, Fabrice Barrao était ému de la victoire qu’il a décrochée avec son cheval de cœur dans ce Grand Cross. Il a raconté : « Feu Croisé est un cheval exceptionnel. Il était condamné il y a quelques années. Puis je l’ai rencontré dans un pré. Nous sommes pour ainsi dire tombés amoureux l’un de l’autre, nous sommes en osmose tous les deux. Aujourd’hui, remporter le Grand Cross de Pau avec lui, c’est un rêve qui se réalise ! Il a vraiment fait quelque chose d’exceptionnel pour gagner contre des cracks. Nous réalisons un exploit, surtout lui. C’est magique, il n’y a pas de mots… Aujourd’hui, ce n’est pas sa tasse de thé car on dirait qu’il y a cinq gués. En début de parcours, je ne l’ai pas brusqué, j’étais même un peu à la poussette en partant. Mais je sais qu’à un moment, il enclenche. Dans le tournant de Bordeaux, il a progressé et après le passage de route, je savais que nous allions gagner. » Du côté des battus Touco aurait certainement pu inquiéter plus longuement Feu Croisé sans ses fautes en fin de parcours. Il confirme néanmoins qu’il fait partie des meilleurs chevaux de cross fran- çais. Posilox s’est, lui, racheté de ses dernières performances en retrouvant un long parcours comme il les aime.

le meilleur élément de sa famille Élevé par la succession de la baronne de Freycinet, Feu Croisé est le meilleur élément de sa famille. Sa mère, Kotzebue Sound est une fille de Zeffir, le père du bien connu Paulin de Sourniac. Elle a pris quatre places en neuf sorties, toutes en obstacle. Sœur de Feu Croisé, Palomba (Le Pigeon) est entraînée par Yan de Kersabiec. Elle a pris huit places en quatorze courses, en obstacle.?

L’“ANGLO-ARABIE” EN FÊTE Président d’Anglo Course, Paul Couderc était ravi et ému de la victoire de Feu Croisé dans le Grand Cross de Pau. Un Feu Croisé qui est devenu le porte-drapeau, en obstacle, de la race anglo-arabe. « Nous avons vécu un grand moment de sport avec la victoire de Feu Croisé, nous a déclaré Paul Couderc. Je suis ému de son succès car c’est un porte-drapeau pour l’“anglo-arabie”. Le but, c’est de fabriquer des chevaux capables d’aller contre les AQPS. La race anglo-arabe, c’est une histoire, une philosophie, une culture hippique qui n’est pas artificielle. Je suis aussi ému pour l’entourage du cheval, pour Hervé Audoy, pour Yan de Kersabiec, qui sont des amis. Ce sont des passionnés, qui forment la base des courses. C’est une grande victoire ! Elle prouve que nous avons la filière pour fabriquer ce genre de chevaux, même s’il ne faut pas rester fermé. Je savais que Feu Croisé est un cheval dur, qui ne lâche jamais. Plus c’est long et mieux c’est pour lui. »